Petit-déjeuner de soutien aux exilé-e-s du Village Olympique

Mercredi 10 mai 10h00

Un petit-déjeuner de soutien aux exilé-e-s du Village Olympique s'organise au 1-3 rue Aristide Bergès à Grenoble, bâtiment vide de nouveau réoccupé, après une expulsion brutale il y a quelques jours (voir ci-dessous). Un rassemblement s'organisait également le mardi 9 mai à 11h30 devant le bâtiment administratif du CHU (tram B Hôpital Michalon) contre les expulsions illégales subies par les exilé-e-s du Village Olympique, sans logement.

Voici le texte d'appel à ces manifestations :

"À la suite de l'incendie du squat du Village Olympique le 15 mars 2017, les habitant-e-s, exilé-e-s de plusieurs pays d'Afrique venus en France pour demander l'asile, ont dû quitter leur logement. La ville de Grenoble a proposé des solutions de mise à l'abri temporaires. D'abord parqué-e-s dans un gymnase puis dispersé-e-s dans des hôtels, ces exilé-e-s seront remis à la rue le 12 mai.

L'Etat ne prenant pas ses responsabilités en laissant des demandeurs d'asile à la rue, ces exilé-e-s, soutenu-e-s par des collectifs et des associations, ont décidé d'occuper un nouveau logement. Deux bâtiments, vacants depuis plusieurs années, ont été réquisitionnés ces dernières semaines. Le premier début avril, situé au 1 rue Auguste Gaché, appartient à une société de spéculation immobilière défiscalisée (SSCPI Renovalys, groupe dépendant d'Eiffage). Le second, occupé fin avril, situé au 1-3 rue Aristide Bergès, appartient au CHU de Grenoble.

Tous deux ont été expulsés violemment par la police nationale, donc par la préfecture, de manière illégale puisqu'ils étaient occupés depuis plus de 48 heures (période à partir de laquelle la décision d'expulsion doit être décidée par un juge). Et ce, malgré la présence de preuves d'occupation attestées par une juriste ainsi que du soutien de voisin-e-s solidaires et de plusieurs associations*.

Nous contestons ces expulsions illégales, menées par la préfecture de l'Isère et ordonnées par les propriétaires, qui attestent des politiques capitalistes et racistes bénéficiant aux plus riches et laissant sur le carreau les plus précarisé-e-s.

Notamment, la décision d'expulsion illégale de la part du CHU d'un bâtiment vacant depuis plusieurs années est indigne d'un établissement public, censé être soucieux du bien-être et de la santé des personnes, sans distinction de nationalité ou de richesse.

NOUS RÉCLAMONS L'ARRÊT DES EXPULSIONS
ET UN LOGEMENT PERENNE POUR TOUS LES EXILE-E-S !

Pas de logement vide, sans personne dedans !

Pas une personne sans logement décent !"

*RESF 38, RUSF 38, Assemblée des Mal-Logé-e-s des Locataires et des Sans-Toits, Solidaire Isère, Centre LGBTI, A Jeu Égal, DAL 38, Logement Hébergement, CISEM, CSRA, CIIP, Patate Chaude, CGT Sans-Papiers 38, ADA, CNT SSCT 38, CNT STICS 38, Bloc 3, FUIQP 38, CDATM, LIFPL, Ras l'Front 38, LDH Isère, Survie-Isère