Rencontres : 30 ans après, les idées de Thomas Sankara sont-elles encore pertinentes ?

Samedi 14 octobre 14h00

Il y a 30 ans, le révolutionnaire Thomas Sankara était assassiné au Burkina Faso. Son ancien compagnon d'armes, Blaise Compaoré, prenait alors le pouvoir pour plusieurs dizaines d'années. Cette commémoration est l'occasion de débattre : 30 ans après, les idées de Thomas Sankara sont-elles encore pertinentes ?

Au programme : un film, des témoignages et des points de vue lors de trois débats, des tables de presse, puis un buffet africain pour finir par des temps d’échanges informels.

Voici un texte présentant ces rencontres :

"L’action et la pensée de Thomas Sankara restent d’une actualité brûlante 30 ans après son assassinat. Arrivé au pouvoir suite à un putsch dans un contexte d’insurrection populaire, il n’a été président du Burkina Faso que 4 ans, jusqu’à son assassinat ; il souhaitait mener une révolution démocratique et populaire, avec rupture avec le néocolonialisme, la dépendance et les pesanteurs du passé.

Sur le plan économique, il rejeta les thérapeutiques libérales contre le peuple, refusant de se plier aux diktats du néocolonialisme et de l’impérialisme, en particulier de la Françafrique. Il rechercha l’autonomie alimentaire nationale en promouvant l’agriculture locale. Il donna la terre à ceux qui la cultivaient en la confisquant aux chefs traditionnels. Il s’appuya sur la paysannerie pour bonifier les sols, développer l’irrigation et lutter contre la désertification.

Sur le plan politique, il s’attaqua à l’état néocolonial bureaucratique. Il chercha à construire un pouvoir populaire par la mise en place de Comités de Défense de la Révolution, pour favoriser la participation du peuple au processus révolutionnaire et la démocratie à partir de la base, et de Tribunaux Populaires de la Révolution, pour lutter contre la corruption.

Il a également œuvré à la libération des femmes, en particulier en les incitant à faire de leur émancipation le fruit de leurs propres mobilisations. Il rejeta les modèles de l’occident, adoptés par l’élite, et chercha à régénérer les valeurs culturelles nationales, pour ranimer la confiance du peuple en lui-même, mais sans célébrer sans nuances le passé.

Il promut une Afrique libre et unie. Il plaida pour une lutte active concertée contre les guerres néocoloniales et l’apartheid. En même temps il proposa une coopération économique continentale. Il chercha à inscrire cette lutte dans le cadre général du Tiers Monde en se rendant au Nicaragua et à Cuba. Pour finir, il proposa un front uni des pays dominés pour décréter l’annulation de la dette. Il affirma ne pas le faire en opposition avec les peuples des pays dominants, car tous les peuples ont un ennemi commun : ceux qui exploitent l’Afrique et en même temps l’Europe.

Oui ces idées restent d’une actualité brûlante, en Afrique et ailleurs dans le monde !"

De 14h à 22h

Programme :

- 14h, Inauguration du "parvis Thomas Sankara" devant le centre St Marc
- 14h30, ouverture et introduction
- 14h45, projection d’un film
- 15h45, 1er débat : l’expérience impulsée par Sankara et ses idées
- 16h45 : entracte / buvette / tables de presse
- 17h, lecture du discours de Thomas Sankara à l’OUA sur la dette, suivie d’un 2e débat sur ce thème
- 18h30, 3e débat : les luttes africaines actuelles
- 20h, buffet africain sur fond de musique africaine de lutte

Liste des premiers signataires : Acip Asado, CADTM, CIIP, JC, Ligue Panafricaine UMOJA, NPA, Nuestra America, PCF, PCOF, Survie.

Prix libre

Au Centre Œcuménique Saint-Marc
6, avenue Malherbe
Grenoble

Tram A : arrêt Malherbe / Bus C4- C5 : arrêt Tesseire