Assemblée interluttes pour le sauvetage du train Grenoble-Gap

Samedi 05 octobre 10h00

Le Collectif de l'Étoile ferroviaire de Veynes, qui lutte pour le maintien du train Grenoble-Gap, organise une assemblée interluttes le samedi 5 octobre à 10h à Veynes, salle des Arcades, route de Glaise.

Depuis 5 ans, les usagers, usagères et cheminot-e-s du train Grenoble-Gap se battent pour le maintien de leur TER, menacé de fermeture définitive dès 2020.

À l'ère de la fin du pétrole et de la crise climatique, l'objectif des Triévois-es et des autres habitant-e-s du sud de Grenoble est de ne pas devenir des Ploucs, des "populations locales obligées d'utiliser les cars".

Récemment, un coup de théâtre s'est produit : l'État a annoncé le sauvetage de la ligne, puis s'est contredit.

Pour comprendre ce qui s'est passé, le Collectif de l’étoile ferroviaire de Veynes vient de publier un document passionnant : une brève histoire de la ligne en deux actes, quatre mensonges et cinq boniments.

Pour découvrir ce document, c'est ici.

Faites passer ce message aux usagers et usagères de la ligne, et à toutes les personnes qui aiment le train en général, et la magnifique ligne des Alpes en particulier...

* * *

Voici le texte d'invitation à l'Assemblée du 5 octobre :

Comme réponse au mouvement des Gilets jaunes, le président de la
République se pose en défenseur des « petites collectivités ». Mais en
dépit des effets de manche, les habitant-e-s de la France rurale ne
semblent être pour lui que des PLOUCS, c'est à dire des populations
locales obligées d'utiliser les cars. La semaine passée, les dernières
et retentissantes promesses du secrétaire d'État aux Transports
concernant la ligne Grenoble-Gap ont fait « pschit » : les quelques
millions nécessaires pour éviter la fermeture de la voie en décembre
2020 ne sont toujours pas débloqués. Et dans le même temps, l'État
annonce fièrement son intention de débloquer 170 millions d'euros pour
la RD1075 parallèle à la voie ferrée !

Quatre mensonges et cinq boniments

Depuis une semaine, les porte-voix de l'État jouent une musique
désormais connue : l'État veut financer, mais SNCF Réseau refuse
d'obéir. Les services préfectoraux ont indiqué la semaine passée au
Collectif de l'étoile ferroviaire de Veynes qu'ils avaient demandé
d'énièmes précisions techniques à SNCF Réseau avant d'agir. D'après la
préfecture, ces données doivent arriver cette semaine. En fait, depuis
plus d'un an, la stratégie de l'État n'a pas changé : il joue la montre
en faisant semblant de chercher des données techniques qu'il connaît
parfaitement. La brève histoire de la ligne en deux actes, quatre
mensonges et cinq boniments publiée ce jour par le Collectif établit que
par trois fois déjà, le Gouvernement a annoncé l'imminence de rapports
techniques et d'études qui permettraient de lancer les travaux urgents.
On les attend toujours. L'horloge tourne, et cette quatrième
tergiversation est celle de trop.

Jean-Baptiste Djebbari invité

Ce samedi à 10h, à Veynes (salle des Arcades - route de Glaise), le
Collectif tient son assemblée générale. Il y a invité le secrétaire
d'État aux Transports pour qu'il annonce son arbitrage. En l'absence
d'une décision claire et tranchée favorable à la poursuite des
circulations ferroviaires, l'assemblée générale organisera une action
d'ampleur dans les semaines qui viennent.

Programme :

9h45 : accueil (café et distribution des documents)

10h15 : introduction

10h30 : présentation du contexte après le dernier COPIL

10h45 : prise de parole du représentant de l'État

11h : débat et lancement d'une ou des actions en cas d'absence de
décision en faveur des travaux urgents

12h30 : repas partagé

Plus d'infos ici