Retour sur les violences policières du 10 janvier

01/01/2020

Vendredi 10 janvier, à l'occasion des voeux du président du Conseil départemental de l'Isère, un rassemblement s'organisait pour dénoncer la politique sociale du département. Les CRS ont violemment chargé les manifestant-e-s.

Voici deux communiqués de presse expliquant ce qui s'est passé.

* * *

Communiqué du Collectif Anti-Répression Isère :

"Hier un cortège est allé jusqu'à la salle où le Président du Conseil départemental Isère déclarait ses vœux pour la nouvelle année. Les manifestants ont été accueillis par des CRS armés et casqués. Cela s'est traduit par des violences, des coups de matraque et du gaz au poivre.

Bilan : 5 personnes au sol, des manifestants blessés, intervention des pompiers pour les premiers secours, et hospitalisation de 2 personnes : points de suture à la tête et scanner [car perte de connaissance].

Témoignage :

"A 16h, on est environ 50 à prendre le chemin de la salle où doit avoir lieu les vœux aux associations du département de l'Isère, travailleurs.euses et étudiant.e.s du social, militant.e.s du DAL notamment. Nous tractons tranquillement devant le grillage d'entrée, surveillé par une grosse trentaine de policiers casqués, masqués et armés et par la sécu du département qui est en lien constant avec la police.

Nous avons un cercueil "au travail social, regrets éternels", une sono qui diffuse la marche funèbre et des banderoles "travail social en lutte", "un toit, une école, des papiers". On est rejoint.e.s vers 16h30 par une centaine de personnes qui sont venues en cortège depuis la chambre de commerce et d'industrie, étudiant.e.s, cheminot.e.s, métallo et autres.

Des chants et prises de paroles s'enchaînent dans un esprit pacifique, pendant que la police tente de faire en sorte que nous n'accédions pas aux personnes qui entrent pour l'événement. Après 3 sommations rapides, la police charge, mattraquant violemment les collègues, très vite à la tête, et gazant tout le monde à bout portant. Plusieurs blessé.e.s sont à déplorer. Nous attendrons que 2 de nos collègues partent avec les pompiers à cause d'ouvertures au crâne pour nous disperser. ""

* * *

Communiqué inter-associatif du Travail Social en lutte :

"A l’appel de l’assemblée générale des travailleurs-euses sociaux de l’Isère, auquel ont répondu de nombreuses associations, grévistes et syndicats, environ cent cinquante personnes manifestaient ce jour contre les orientations anti-pauvres et anti-sociales de la politique du conseil départemental de l’Isère, à l’occasion des vœux de son président, Jean-Pierre Barbier.

Alors que le rassemblement se déroulait dans le calme et que les manifestant-e-s ne cherchaient pas à pénétrer dans l’enceinte du bâtiment, la police a brutalement dégagé les manifestant-e-s, usant de gazs lacrymogène et de coups de matraque, blessant au crâne deux travailleurs-euses sociaux, qui ont été pris en charge par les pompiers. Il et elle s'en sortent avec des jours d'ITT et des points de suture.

M.BARBIER et sa majorité de droite vont jusqu’aux armes pour faire appliquer leur politique de destruction de l’action sociale, dont ils sont pourtant les chefs de file : baisse des budgets sociaux, dégradation des conditions de travail des agents, abandon des jeunes majeurs à leur sort, remise en cause du fonds de solidarité logement, gestion catastrophique de l’OPAC 38…

A l’heure où des millions de personnes se lèvent pour leur dignité, leurs droits et leur aspiration à un  avenir meilleur,

Pleine et entière solidarité avec les victimes de la répression et les grévistes, si la répression est leur arme, la solidarité est la nôtre et nous l’avons encore montré aujourd’hui. Aujourd’hui dans la rue, demain on continue !

Premiers signataires : AG du travail social, collectif travail social 38, CIIP, DAL38, Solidaires Isère"