Appel du Squat solidaire

05/08/2020

Samedi 1er août, le Squat solidaire de Grenoble a été détruit par les flammes. Cet ancien local du syndicat Sud-Solidaire (12 rue des Trembles, près de la Villeneuve), hébergeait  plusieurs dizaines de demandeurs et demandeuses d'asile.

Voici l'appel à soutien des habitant-e-s :

"Suite à l'incendie du squat, nous avons été mis à l'abri temporairement au gymnase de la houille blanche à Grenoble (arrêt alliés)

Beaucoup d'entre nous ont perdu toutes leurs affaires et leurs papiers, et nous remercions les associations qui nous ont aidé.

Nous avons besoin de :
- couvertures
- coussins
- vêtements homme taille adulte
- savons
- brosse à dent, dentifrice
- serviettes
- sacs poubelle
- nourriture ( on peut pas cuisiner dans le gymnase, mais ramenez tout ce que vous pouvez )

Merci beaucoup de votre aide."

Voici également le communiqué du DAL Isère :

"Le bâtiment appartenant à la ville de Grenoble, occupé par plusieurs dizaines de personnes a pris feu aux environs de midi. Pas de blessés mais de nombreuses pertes matérielles pour les habitants qui vivaient là vaille que vaille. Ces derniers ont été temporairement mis à l'abri dans un gymnase, jusqu'à lundi. Et après ?

Cet incendie qui rappelle celui des tours du Crous il y a quatre ans aurait dû être évité par les pouvoirs publics, qui sont responsables de cette situation : pourquoi un relogement n'a pas été mis en place auparavant alors qu'il était su que le lieu n'était pas fait pour abriter autant de personnes ?

Comme d'habitude, on attend qu'un drame intervienne. Heureusement aujourd'hui, il n'y a pas eu de morts.

Cette situation est d'autant plus frappante qu'à moins de cent mètres de là, des centaines de logements sociaux sont vides : au 10-20 et au 30 galerie de l'Arlequin.

Le dernier étage du 10 Arlequin, totalement vide, suffirait à reloger tout le monde dignement, et pas dans un gymnase où la canicule écrasante risque de mettre en danger la santé de ses futurs occupants.

Nous rappelons au passage que le maire de Grenoble Éric Piolle a le pouvoir de réquisionner des logements vacants selon l'article L2212-2 du Code général des collectivités territoriales. Lui qui a si bien su distribuer des médailles lors du précédent incendie doit être en mesure d'avancer vers des solutions concrètes, les habitants attendent donc des actes."