Transfo : Le festival des pompiers pyromanes ?

07/10/2020

Du 8 au 15 octobre, le réseau French Tech in the Alps organisait le festival Transfo : 150 événements dans tout le sillon alpin pour promouvoir le numérique, la 5G, l'internet des objets et l'Intelligence Artificielle.

Les partenaires de ce festival ? HP, Orange, la banque CIC, la Chambre de Commerce et d'Industrie de Grenoble, le Dauphiné Libéré, la mairie de Grenoble et bien d'autres.

Le collectif "Je ne suis pas ton Amish" a lancé un appel à perturber Transfo :

* * *

"Festival Transfo : Les pompiers pyromanes du numérique

Cette année, c'est la troisième édition du festival Transfo. Le programme adopte la fameuse technique dite de la courgette. En surface, une belle peau verte : des photos de montagne, d'arbres et de jeunes décontractés, une multitude d'événements pour "tendre vers la sobriété numérique", "réduire son empreinte environnementale", "déjouer les techniques de manipulation des Géants du Web", "promouvoir des technologies au service de la planète"... Certaines soirées ressemblent presque à des Cafés Collapsologie de Grenoble.

Et puis on épluche le programme-courgette, et on retrouve du capitalisme pur et dur, celui qui fait briller les yeux des managers d'Orange et d'HP. Avec Transfo, on peut apprendre à "créer son premier projet d'intelligence artificielle", "améliorer les performances de sa start-up", "communiquer avec le storytelling", "booster sa e-réputation", etc. Vive la 5G, les algorithmes et l'internet des objets pour faire encore plus de tunes !

Bref, à Grenoble comme à San Francisco, on nous sert toujours le même refrain : "Grâce au numérique, on peut concilier écologie et croissance capitaliste, et en plus c'est trop cool".

En plein désastre climatique, cette propagande vous révolte ? Comme nous, vous pensez que le numérique est en train de devenir le coeur de la catastrophe environnementale ? Qu'il concentre les pouvoirs dans les mains d'États de plus en plus autoritaires et d'entreprises de plus en plus prédatrices ? Que la 5G va entraîner une explosion de la consommation électrique et accroître la surveillance généralisée ? Que la numérisation des services publics aggrave les discriminations à l’égard des personnes les plus démunies ? Que le développement faramineux des interfaces, des écrans et des machines transforme notre humanité vers toujours plus de dépendance et de déconnection aux réalités ?

Alors perturbons ce festival Transfo, diffusons des textes critiques, interpellons les organisateurs et exprimons notre rage contre la tyrannie numérique !"

Collectif "Je ne suis pas ton Amish"

* * *

Pour une réflexion critique sur le numérique, ici Grenoble vous recommande :

- L'enquête du média Reporterre sur la 5G : Plongée dans l’univers de la 5G : merveille ou cauchemar ?

- Une interview de Guillaume Pitron, auteur du livre La guerre des métaux rares (2018) : Smartphone pour tous, quel prix pour la planète ?

- Les dossiers d'ici Grenoble sur les algorithmes pour prédire les actes contestataires, l'intervention masquée des entreprises et des États pour manipuler des réseaux sociaux, ou encore les systèmes de surveillance via les enceintes parlantes et les assistants vocaux.

- Le rapport du Shift Project sur l'impact environnemental du numérique (attention, le Shift Project est pro-nucléaire) : Pour une sobriété numérique.

- Le livre Contre l'alter-numérisme (2020), une critique radicale du cyberminimalisme, des logiciels libres, de l'open data, des smartphones équitables, etc. En voici un résumé ici.

- Une interview de Félix Tréguer, auteur de L'utopie déchue, une contre-histoire d'internet : Internet et libertés publiques

- Une interview de Marie Milesi, coordinatrice d'un livre publié en 2018 aux éditions Terre Vivante : La pollution électromagnétique.