Combien faut-il de paysan-ne-s pour nourrir Grenoble ?

02/06/2017

L'association Terre de liens Normandie a récemment fabriqué un "convertisseur alimentaire" : un logiciel pour estimer le nombre de paysan-ne-s nécessaires pour nourrir une ville qui déciderait de relocaliser ses productions alimentaires, légumes, céréales, fruits, etc. Il suffit de rentrer le nom de sa commune et le logiciel fournit des estimations.

Résultat pour Grenoble ? Plus de 2800 paysan-ne-s seraient nécessaires pour nourrir environ 160 000 habitant-e-s.

Pour l'agglomération grenobloise ? Plus de 8000 paysan-ne-s pour environ 450 000 habitant-e-s.

Pour l'Isère ? Plus de 22 000 paysan-ne-s pour environ 1,23 millions d'habitant-e-s.

Ces estimations sont à comparer au nombre de fermes restantes en Isère : environ 6000 fermes pour 10 000 paysan-ne-s. Sachant que 2 à 5% des fermes disparaissent en France chaque année...

Terre de liens fournit sur son site la méthodologie utilisée pour produire ces résultats. Cette méthodologie est cependant à regarder de près et soulève de nombreuses objections. Les résultats proposés par le logiciel sont probablement sous-estimés et ne prennent pas en compte une partie importante des besoins alimentaires de la population. Un seul exemple : Si nous considérons qu'un-e maraîchèr-e bio efficace peut nourrir environ 100 à 150 personnes par an en légumes, il faudrait 8 000 à 12 000 maraîcher-e-s en Isère... Et on ne parle ici que des légumes !

Cette démarche de réflexion sur notre autonomie alimentaire est cependant très intéressante et donne envie de creuser le sujet. Les estimations proposées par Terre de liens permettent notamment de réaliser à quel point la production de viande consomme une très grande partie des terres agricoles. Elles montrent aussi que pour ne plus dépendre de l'importation en masse de produits alimentaires (et donc du pétrole), il faudrait installer un grand nombre de paysan-ne-s. C'est d'ailleurs l'un des propos récurrents des Cafés paysans de Grenoble depuis 4 ans...