À propos du Dieselgate Grenoble...

10/07/2017

Suite à la diffusion de l'article Dieselgate : Les vignettes anti-pollution sont-elles bidons ?, Ici Grenoble a reçu le message ci-dessous. Le ton est vif, mais les arguments sont clairs...

"Cher Ici Grenoble,

J'ai lu avec intérêt votre excellente synthèse sur le Dieselgate. Avec intérêt, mais avec colère aussi. Je pense que vous passez à côté de l'essentiel. Avec ou sans Dieselgate, les vignettes anti-pollution sont un scandale social.

Je m'explique.

J'habite à une trentaine de kilomètres de Grenoble. Dans mon village, une maison sur quatre est une résidence secondaire. Le week-end, c'est l'invasion des grosses berlines flambants-neuves. Des familles aisées de Grenoble et de Lyon viennent respirer l'air frais. 60 à 200 km de route dans la journée. Avec, sur leurs pare-brises, les meilleurs certificats de qualité de l'air.

Ma voisine, elle, a une vieille bagnole diesel. Elle est gardienne de nuit dans une résidence pour enfants handicapés. Elle ne roule pas sur l'or. En janvier dernier, en plein pic de pollution, elle a frappé à ma porte. Elle était affolée : "Je dois aller voir cette après-midi ma mère au CHU de Grenoble, mais je viens d'apprendre que ma voiture est interdite de circulation dans l'agglo. Tu peux me prêter la tienne ?". Malheureusement, la mienne aussi était interdite. Pendant qu'on réfléchissait à un plan B, mon voisin ingénieur est passé avec sa BMW rutilante. Tout sourire, il rejoignait sa résidence secondaire pour la journée.

Vous voyez le problème ?

Ces vignettes anti-pollution, c'est une caricature de "l'écologie" telle que la conçoivent les dominants : des mesures au service des riches et des multinationales :

- Elles entravent les plus pauvres de la société (racisme social).
- Elles obligent à acheter de nouvelles bagnoles plus modernes (consumérisme).
- Elles ne font que repousser un peu plus loin le problème de la pollution systémique de nos sociétés (imposture écologique).

Les pauvres vivent dans les zones les plus exposées aux pollutions, ils mangent la nourriture la plus pesticidée, et en plus ce serait à cause de leurs bagnoles qu'on respirerait si mal ? Les riches grenoblois, eux, peuvent continuer à rouler des dizaines de milliers de kilomètres par an dans des voitures surdimensionnées, vivre dans les endroits les plus préservés, prendre sans cesse l'avion pour des vacances exotiques, surconsommer comme des dingues, ça ne pose pas de problèmes à la Préfecture de l'Isère.

Tout cela est profondément ignoble.

En attendant des révoltes populaires, bonne continuation à vous, et merci pour votre site truffé d'infos utiles.

D."