A480 : Passage en force estival

24/07/2017

Vous vous souvenez ? En novembre dernier, l'État, la Métropole, le Conseil départemental, la mairie de Grenoble et la société AREA tombaient d'accord sur un protocole d'intention concernant l'aménagement de l’A480 et du Rondeau. Éric Piolle se félicitait alors de ce chantier colossal de 380 millions d'euros pour améliorer l'échangeur du Rondeau, passer l'A480 à deux fois trois voies sans élargissement de la chaussée, maintenir les entrées nord et sud en deux fois deux voies, limiter la vitesse à 70 km/h sous certaines conditions.

Le financement ? AREA paye les travaux à hauteur de plus de 330 millions d'euros. En contrepartie, l'État l'autorise à augmenter le tarif des péages pour les 100 000 à 150 000 véhicules circulant chaque jour sur l'A480. Il prolonge également la durée de concession de l'autoroute à AREA jusqu'en... 2036.

Les contrats signés entre l'État et AREA semblaient cependant contenir des clauses secrètes liées à un accord national du 9 avril 2015. Suite à une plainte de Raymond Avrillier (maire-adjoint honoraire de Grenoble), le tribunal administratif de Paris a sommé le Ministère de l'économie de rendre publics l'ensemble des documents liés à AREA. Contestant cette décision, le Ministère s'est pourvu en cassation. Le 5 juillet dernier, le Canard Enchaîné a cependant révélé le contenu des accords d'avril 2015, mettant à jour des avantages impressionnants voire illégaux accordés aux sociétés autoroutières dont AREA.

Ces révélations expliquent peut-être un "passage en force estival" autour de l'A480 à Grenoble : En lien avec AREA, l’Etat prépare en ce moment une enquête publique dont le contenu ne respecte pas le protocole d'intention de novembre 2016. Le chantier de l'A480 prévoit désormais un important élargissement du domaine autoroutier (première étape vers un 2x3 voies), des expropriations de terrains et une forte augmentation du trafic (50%). En complète contradiction avec le projet d'un "boulevard urbain" à 70 km/h, on retrouve une vrai projet d'autoroute en plein centre de l’agglomération, une étape supplémentaire vers la relance de l'A51.

Ce nouveau projet est rendu possible par le décret-avenant signé entre l'État et AREA en août 2015. Cet avenant prévoit une augmentation très nette de la largeur de l’autoroute pour réaliser une 3ème voie qui permettra une augmentation du trafic très importante de 7200 à 10 800 véhicules par heure (total des deux sens). Le gabarit de l’autoroute passerait donc de 22 mètres à 27 mètres, avec une augmentation de la surface imperméabilisée de 22%.

Pour l'instant, AREA affirme que l’augmentation de trafic ne proviendra que du trafic local, car il n’y aurait pas d’élargissement prévu à 2 fois 3 voies au nord du pont sur l’Isère. Mais à partir du moment où le pont sur l’Isère sera élargi à 2 fois 3 voies, il ne restera plus qu’une petite portion à élargir pour que le trafic de transit et d’échange s’engouffre sur l’A480, l'élargissement total à 2 fois 3 voies étant prévu par le décret d’août 2015... Bilan final : encore plus de voitures et de pollution dans l'agglomération.

Pour l'instant, seule la Mairie de Grenoble émet des réserves concernant ce nouveau projet. En attendant des mobilisations de la population cet automne ?

Plus d'infos sur le site de l'ADTC ici