Une famille iséroise attaque Monsanto

05/10/2017

C'est une première en Isère : Sabine et Thomas Grataloup, à Moidieu-Détourbe près de Vienne, lancent une procédure juridique contre les fabricants et distributeurs de désherbants à base de glyphosate, dont le fameux Roundup de Monsanto. Pour eux, le handicap de leur fils Théo est dû à cet herbicide.

Théo est né en 2007 avec deux graves malformations dont une atrésie de l'oesophage : une interruption du tuyau qui lie le pharynx à l'estomac. Depuis dix ans, il a subi 51 opérations chirurgicales. Spécialisée dans les voyages équestres, Sabine Grataloup utilisait régulièrement du glyphosate pour désherber la carrière de ses chevaux. Après s'être longuement documentée sur les effets possibles des pesticides, elle est désormais convaincue que son fils a été contaminé lorsqu'elle était enceinte de 3 à 4 semaines, un jour où elle effectuait un désherbage chimique, au moment où l'oesophage et la trachée du foetus se forment.

L'annonce de la plainte de la famille Grataloup intervient quelques jours après de nouvelles révélations sur les méthodes de désinformation de Monsanto à propos de ses produits chimiques, et quelques jours avant la diffusion mardi 17 octobre du nouveau film-documentaire de Marie-Monique Robin : Le Roundup face à ses juges.

Aux États-Unis, plus de 3000 personnes sont déjà en procès contre Monsanto, accusant la multinationale d'être responsable de graves maladies.

Source : Dauphiné Libéré, 05/10/17