Rencontre : Montessori selon Schola Natura

30/01/2018

Du 19 au 23 février, l'association Schola Natura organise des stages autour de la pédagogie Montessori. Ces stages seront animés par Angélique et Violaine, professeures des écoles et éducatrices Montessori. Leur projet est d'ouvrir une école alternative dans les environs de Grenoble : l'école Schola Natura.

Mais que signifie exactement la méthode Montessori ? Quelles sont ses forces et ses limites ? Pour en savoir plus, Ici Grenoble a interviewé Angélique et Violaine.

* * *

Ici Grenoble : Pour quelqu'un-e qui n'a jamais entendu parler de Montessori, comment présenteriez-vous cette pédagogie ?

Maria Montessori était une médecin et pédagogue italienne (1870-1952). Elle a développé une pédagogie basée sur l’observation des enfants et de leurs besoins. Elle a remarqué qu’à certaines périodes de leur développement, les enfants sont plus réceptifs à certains apprentissages parce qu’à ce moment-là, c’est un réel besoin pour l’enfant. Ainsi, elle a élaboré un matériel éducatif, mais aussi une vision de l’enseignement qui permet à l’enfant de développer son indépendance et son estime de soi, tout réalisant des apprentissages de manière naturelle.

Comment, personnellement, avez-vous découvert cette approche ?

Nous sommes professeures des écoles. Nous avons découvert cette pédagogie au cours de notre pratique. Mais c’est lors de nos congés parentaux que nous en avons apprécié toute la magie, avec nos enfants. Nous nous sommes alors toutes les deux formées à cette pédagogie.

Pourquoi cette pédagogie vous semble-t-elle pertinente par rapport aux méthodes éducatives "classiques" ?

Ce qui nous a le plus interpellé, c’est l’autonomie et le bien-être dans les apprentissages pour les enfants. C'est aussi le changement de statut de l’enseignant-e, qui n’essaie plus à tout prix de faire monter tou-te-s ses élèves dans le même wagon. Le but est de respecter le rythme de chaque enfant, en l’accompagnant dans ses apprentissages.

La pédagogie Montessori fonctionne généralement avec des ateliers pratiques. Pourriez-vous nous décrire un atelier, pour que l'on se rende compte de ce qui est proposé aux enfants ?

Les enfants de 3 à 6 ans sont dans une période de développement où ils veulent se détacher de l’adulte, tout en faisant comme lui. C’est le fameux : "C’est moi qui fait !". C'est pourquoi les premières activités proposées par Montessori sont des activités de vie pratique. Ces ateliers sont généralement présentés sous la forme de petits plateaux individuels. Ils permettent à l’enfant d’exercer ses gestes du quotidien pour l’amener à plus d’autonomie et de confiance en lui. Par exemple, il va pouvoir s’exercer à essorer une éponge, à verser de l’eau, à lacer des rubans, etc.

Ces activités de vie sensorielles vont amener l'enfant à affiner ses sens pour aller ensuite vers des activités de langage et de mathématiques. Pour toutes ces activités, les règles sont les mêmes : l’enfant choisit ce qu’il veut faire, l’adulte lui présente l’utilisation, et l'enfant peut s’y exercer autant de fois qu’il le désire. On peut observer des enfants littéralement absorbés par leur activité, parce que, pour lui ou pour elle, cette activité nourrit à ce moment là un besoin "viscéral". Quand ce besoin est assouvi, l’enfant en réussite se sent confiant-e. Il ou elle augmente petit à petit sa capacité à se concentrer, à patienter, mais surtout son plaisir d’apprendre.

La pédagogie Montessori est-elle davantage adaptée à certains enfants ? Est-ce notamment intéressant pour des enfants en "rupture" avec le système scolaire, ou en grandes difficultés ?

Il n’y a pas de recette miracle... Mais ce qui est sûr, c’est que Montessori est une pédagogie dont les fondements sont confirmés par de nombreuses découvertes récentes en neuro-sciences. Cette pédagogie répond aux besoins des enfants parce qu’elle s’y adapte. En cela, elle peut effectivement être appropriée pour des enfants en difficulté scolaire, parce qu’elle aborde les apprentissages de manière scientifique, en passant par des canaux adaptés à chaque stade de développement de l’enfant.

Dans le stage de soutien scolaire que vous proposez, en quoi les ateliers peuvent-ils aider un enfant, par exemple dans sa compréhension logico-mathématique ?

Les apprentissages sont abordés en tout premier lieu de manière sensorielle. Ainsi, dès la maternelle, certains enfants vont pouvoir aborder des concepts très poussés en mathématique comme la multiplication et la division, mais uniquement par une approche de manipulation. Cette manipulation permet à l’enfant de comprendre concrètement des notions mathématiques avant de les travailler de manière abstraite quelques années plus tard. Pour aider un enfant en difficultés dans sa compréhension logico-mathématique, on peut donc utiliser du matériel Montessori destiné à des enfants plus jeunes, mais qui lui permet de repasser par cette phase de manipulation et de compréhension concrète d’une notion.



L'une des critiques que l'on entend souvent sur la pédagogie Montessori est le coût par rapport à l'école nationale gratuite, et donc la "sélection sociale" qu'elle entraîne. Une école Montessori coûte plusieurs centaines d'euros par mois, les stages que vous proposez coûtent une centaine d'euros. Que répondez-vous à ce sujet ?

Les écoles Montessori sont pour la plupart des écoles privée hors contrat. En terme de finance, cela signifie qu’elles assument seules tous les frais de l’école, du loyer au salaire des enseignant-e-s. Il faut savoir que la scolarisation d'un élève à l’école publique coûte en moyenne 5000 euros par an à l'État. La majorité des écoles privées Montessori font au mieux pour diminuer au maximum les frais qui incombent aux parents.

Cette volonté de diminuer les coûts est l'une des raisons pour lesquelles notre projet d’école Schola Natura se base sur la dimension participative des parents et  sur la solidarité. Nous voulons proposer une école où les parents s’engagent à donner de leur temps pour aider matériellement l’école, et donc diminuer les frais engagés : ménage, bricolages, garderie… Nous travaillons aussi à la mise en place de tarifs au quotient familial, ainsi qu’une bourse de solidarité.

Concernant nos stages, ils proposent une découverte des activités Montessori avec du matériel de qualité et des éducatrices formées et professionnelles. Ils permettent également de soutenir le projet d'école Schola Natura.

Si la pédagogie Montessori est un véritable atout pour l'éducation des enfants, pourquoi l'Éducation Nationale ne l'a-t-elle pas intégré, au moins en partie, dans ses méthodes scolaires ?

C'est de plus en plus le cas. L’Education Nationale est en train de vivre une grande mutation. C'est un moment historique en terme de pédagogie. Les programmes scolaires de la maternelle appellent à plus de bienveillance et à des apprentissages dans le plaisir et par le jeu. De nombreux enseignant-e-s de maternelle pratiquent partiellement ou totalement la pédagogie Montessori dans leurs classes, rassuré-e-s par les travaux de pédagogue comme Céline Alvarez et par les dernières découvertes scientifiques.

C’est un grand changement, notamment pour les parents qui sont parfois interrogatifs, voire inquiets. Les classes "Montessori" ne sont plus organisées de la même manière, les enfants travaillent plus librement, on ne leur demande plus de faire le même travail au même moment que leur camarade de groupe, et il y a moins de "traces" de leurs activités. Ce que montrent les premières expériences, c’est qu’à l’observation du bien-être, aussi bien pour les enfants que pour les enseignant-e-s, et face aux progrès réalisés, de plus en plus de classes de l'Éducation Nationale tentent l’aventure.

Les écoles et les stages Montessori sont très similaires les un-e-s des autres, ou y-a-t-il des différences importantes ?

La pédagogie Montessori est basée avant tout sur l’Humain. Même si les principes pédagogiques sont les mêmes pour tou-te-s (respect de l’enfant, bienveillance…), la pratique s’adapte aux enfants, à leur culture ou encore à leur environnement. Chaque école est unique en soi, parce qu’elle est l’aboutissement d’un rêve personnel pour celles et ceux qui l’ont créée, ce qui rend chaque école différente. Cependant, elles tendent toutes vers le même objectif : accompagner des enfants à devenir des êtres libres, confiant-e-s et heureux/ses.

* * *

Pour  aller plus loin  :

- Le site internet du projet d'école Schola Natura

- Une émission passionnante de France Culture sur la vie de Maria Montessori, les origines de sa pédagogie, ses forces et ses contradictions : Maria Montessori, le mystère de l'enfant

- Deux documents critiques vis-à-vis de Maria Montessori et de Céline Alvarez, publiés par le site Questions de classe(s) : l'article Ce que disait Célestin Freinet de Maria Montessori et la vidéo Céline Alvarez ou le business pédagogique

- Le site internet de l'association Montessori de France

- Trois écoles Montessori à Grenoble : Aide-moi à faire seul, Des racines et des ailes et Un monde de découvertes.

* * *

Voici également une interview où Angélique et de Violaine présentent le projet d'école Schola Natura :

Ici Grenoble : Comment est née l'idée de Schola Natura ?

Violaine et Angélique : L'association Schola Natura est née de notre rencontre. Nous sommes toutes les deux enseignantes dans l'Education Nationale et mamans. Au cours de nos expériences personnelles et professionnelles, nous avons cheminé vers des approches de l'éducation et de l'enseignement telles que le parentage, l'éducation bienveillante et les pédagogies alternatives (Montessori, Reggio, Freinet, Sudbury....). Nous ressentons toutes les deux le besoin d'adapter nos enseignements aux enfants, de respecter leurs rythmes et de tout faire pour préserver leur estime d'eux-même et leur confiance.

Quelles seront les différences de Schola Natura par rapport à une école primaire de l'éducation nationale ?

L'école de Schola Natura veut s'ouvrir sur le monde et le laisser entrer. Nous concevons cette école comme un lieu de partage intergénérationnel, une maison d'exploration. Les enfants pourront vivre des projets émanant d'eux-mêmes ou proposés par des adultes impliqués dans l'école. La nature et les animaux auront aussi une place forte. Les activités d'apprentissage seront fidèles à nos valeurs éducatives : respect de chacun-e, indépendance et partage.

Nous sommes très attachées à favoriser l'accès financier à toutes et à tous. C'est pourquoi nous voulons une école participative, qui implique ses acteurs afin d'en réduire les frais au maximum. Concrètement, dans un premier temps, nous souhaitons accueillir des enfants de deux ans et demi à six ans, qui se voient proposés des activités de pédagogie Montessori le matin, puis des activités à inscription libre l'après-midi. Pour ces activités, chacun-e, adultes comme enfants, peut proposer ses compétences et ses envies. Tout au long de la journée, les parents et adultes impliqué-e-s viennent aider à l'entretien, la garderie, les repas et les activités de l'après-midi.

Combien de places proposera l'école ?

Le nombre de places sera fonction des locaux que nous trouverons. Dans un premier temps, nous espérons avoir un local nous permettant d'accueillir au plus 30 enfants de 3 à 6 ans. Nous espérons pouvoir développer notre activité et proposer un accueil avant 3 ans dans une structure de type Maison d'Assistantes Maternelles, et un accueil après 6 ans en agrandissant notre école.

Quels tarifs prévoyez-vous pour les parents ?

Les tarifs sont en cours de réflexion. Nous souhaitons mettre en place des tarifs en fonction du quotient familial, afin de permettre l'accès à notre école au plus grand nombre. À ce propos, pour nous aider à affiner nos grilles tarifaires et notre projet, les personnes intéressées peuvent remplir notre questionnaire en ligne.

Vous souhaitez que Schola Natura fonctionne en symbiose avec un agriculteur ou une agricultrice : Pourriez-vous nous expliquer pourquoi ?

Il nous semble primordial de renouer avec la terre et ce qu'elle nous donne. Il nousest donc apparu essentiel de travailler en lien avec un agriculteur ou une agricultrice qui voudrait bien accueillir des enfants sur le temps scolaire, pour une observation et/ou une participation aux activités agricoles.

En fait, nous pensons à un lieu global, qui permettrait de vivre ensemble différemment et d'offrir à toutes et à tous des enseignements autres. Dans cet objectif, nous imaginons qu'un système de partenariat est possible. Il s'agirait de mettre en place un  lieu de multi-activité  économique, où chacun-e se verrait offrir des conditions d'installation et de pérennisation avantageuses, en contribuant au financement du lieu éducatif. Ainsi, un-e maraîcher-e pourrait se voir offrir un terrain moyennant un loyer modique, et pourrait vendre une partie de sa production à la cantine collective et aux personnes fréquentant le lieu. Nous pensons aussi proposer un espace de coworking , un lieu de résidence artistique... Nous avons encore pleins d'idées !

Quels sont vos besoins pour avancer sur Schola Natura ?

Nous proposons actuellement des Cafés Montessori à destinations des adultes curieux de connaitre la pédagogie Montessori et comment l'appliquer à la maison. Participer à ces activités permet de développer Schola Natura, et de nous rencontrer.

Pour la suite, la création d'un oasis de vie, nous cherchons à réunir un collectif. Il nous faut rassembler de futur-e-s habitant-e-s, des paysan-ne-s, des restaurateurs ou restauratrices, des artistes, et toute personne ayant envie d'aider à faire germer ce grand projet (architecte, juriste...). Et enfin, chose très importante, nous recherchons un lieu, un terrain avec du bâti ou non, en partie constructible, d'une superficie d'au moins un hectare pour pouvoir y implanter l'ensemble du projet, dans les environs de Grenoble.

* * *

Association Schola Natura
06 79 48 38 19
http://scholanatura.webnode.fr

Photo : DR Figaro