Campus : Les besoins du Patio solidaire

08/12/2017

Depuis une semaine, des étudiant-e-s et un collectif d'associations* occupent le Patio solidaire, un ancien laboratoire du campus de Saint-Martin-d'Hères. Le but ? Loger plusieurs dizaines de personnes sans domicile, dont des migrant-e-s.

Vous souhaitez rejoindre cette lutte ? Chaque jour, une Assemblée s'organise à 12h30 devant l'amphi G du Centre de Langues Vivantes.

Vous souhaitez soutenir matériellement l'occupation ? Voici les besoins du Patio solidaire :

- Duvets, couvertures, couettes, drap.
- Matelas, coussins
- Multiprises
- Lampes
- Réchaud
- Casseroles, poêles
- Couvert et assiette
- Denrées alimentaires (pates, riz, conserves)
- Accès internet
- Savons shampoo dentifrice crème hydratante mouchoir
- Papier toilette
- Serviettes de toilette
- Éponges, chiffons,liquide vaisselle
- Serpillère
- Bassine produit nettoyant
- Sac poubelle
- Thé café gâteau
- Piment, épices
- Voiture pour trajet a la déchèterie
- Protections hygiéniques
- Gants bonnet chaussettes
- Sac a dos
- Chaussures hommes
- Jeux de société
- Pantalon
- Mouchoir
- Coton tige
- Paillasson
- Bois, palettes, etc
- Jerrican
- Papeterie (stylos, feutres,...)
- Également, tout votre soutien et votre bonne humeur, vos compétences artistiques, linguistiques, créatives, empathiques, juridiques ou gastronomiques !

Le Patio solidaire se situe dans le sud-est du campus, rue des résidences : il faut suivre les fléchages "Le Patio", au sud de la bibliothèque universitaire et de l'Amphi G du CLV. Voici également un plan :

Voici le texte présentant le pourquoi et le comment de la "réquisition" initiale de l'amphi :

"Réquisition des locaux de l’Université pour le logement de touTEs !

Aujourd’hui lundi 4 Décembre, l’amphithéâtre G du bâtiment CLV de l’Université à été réquisitionné : Le but est d'interpeller les pouvoirs publics sur le non respect des procédures d'hébergement. C’est plus de 2000 personnes sur l’agglomération grenobloise qui sont actuellement privées d’un toît alors que 10 000 logements sont vides.

Les associations, syndicats, migrantEs en appellent au respect de la loi. Alors que les températures descendent sous la barre des -5 degrés il est impossible de laisser des individus dehors !

A l'échelle nationale, plusieures villes voient également apparaître des mouvements de solidarité avec occupation par exemple : Lille, Clermont-Ferrand ou encore Lyon.

Nous rappelons les obligations de l’Etat en matière d'hébergement, réglementé par le code de l’action sociale et des familles, notamment en période hivernale.

Les revendications sont claires :

- le relogement immédiat de manière pérenne de toutes les personnes occupant ces locaux universitaires.

- Les pouvoirs publics doivent appliquer leur devoir : application des lois de réquisition de tous les logements vides pour leur mise à disposition aux personnes sans logements.

- Les municipalités, l’université et la métro doivent se positionner en soutien à cette action.

- Nous appelons la direction de l’Université Grenoble Alpes à démontrer sa solidarité en refusant de faire usage de la force et ne mettant en place aucune expulsion.

- Le Crous doit également garantir le respect de la trêve hivernale pour les étudiantEs en résidence universitaire.

*Premiers signataires : DAL 38, assemblée des mal logéEs, la Patate chaude, CISEM, la Tambrouille, CNT educ 38, CNT superieur recherche 38, CGT FERC SUP Grenoble , UNEF Grenoble, Solidaires étudiantEs, NPA JEUNES"