France 3 : L'enquête sur Wauquiez en replay

11/01/2018

Mercredi 10 janvier, la direction de France 3 Auvergne-Rhône-Alpes décidait de suspendre la diffusion d'une enquête en 5 épisodes sur le bilan de Laurent Wauquiez, président de la région, jugeant cette enquête "déséquilibrée". Du jamais vu, selon les syndicats des journalistes. Face aux vives réactions provoquées par cette décision, France 3 a finalement reprogrammé les deux derniers épisodes vendredi et samedi, suivis d'un droit de réponse de Laurent Wauquiez.

Pour visionner l'enquête en replay, c'est ici.

Pour comprendre ce qui s'est passé, voici deux articles :

* * *

Épisode 1 : La déprogrammation

Article du journal Le Point publié le 11 janvier :

"L'émoi dans la rédaction est vif après l'annonce par la direction de France 3 Auvergne-Rhône-Alpes de la suspension de la diffusion d'une série de sujets sur le bilan de Laurent Wauquiez. L'argument de la chaîne ? un traitement « déséquilibré » des sujets. Cette série en cinq volets était programmée cette semaine dans les journaux de 12 heures et 19 heures sur les antennes de Lyon, Clermont-Ferrand et Grenoble. Les deux premiers ont été diffusés lundi 8 et mardi 9 janvier, mais la diffusion s'est arrêtée mercredi 10 janvier.

Selon des membres de la chaîne interrogés par l'Agence France-Presse, une intervention de Laurent Wauquiez est à l'origine de cette décision, ce que dément l'entourage du président de la région et du parti Les Républicains (LR). La direction de France 3, quant à elle, justifie sa décision par le caractère « déséquilibré » des sujets, qui a suscité « beaucoup de réactions ».

C'est la diffusion, mardi, du deuxième volet - consacré aux finances de la région et qui n'a pas été visionné par le rédacteur en chef en titre avant sa diffusion - qui a mis le feu aux poudres. « On ne s'empêche pas de faire de l'investigation mais, dans la forme et sur le fond, on essaie d'être équilibré et plutôt mesuré. Et là, ce n'était pas le cas. On n'était pas dans les clous sur le plan du traitement politique et par rapport à notre tonalité de service public », explique André Faucon, directeur régional de la chaîne.

La suspension de la série intervient alors que Laurent Wauquiez est l'invité de l'émission politique dominicale de la chaîne, enregistrée ce jeudi 11 janvier. Mais il n'y a aucun lien entre sa participation et la décision prise mercredi, assure la direction. La région affirme quant à elle avoir été contactée par France 3 mercredi et avoir alors réclamé un droit de réponse sur le sujet de mardi, « unilatéralement à charge », mais n'être « absolument pour rien » dans la décision de suspendre la diffusion. « On a perdu toute crédibilité, la plupart des journalistes sont outrés, déplore un membre de la chaîne. Beaucoup de gens nous ont demandé pourquoi la série n'était plus diffusée, il n'y a pas eu un mot d'explication à l'antenne. » « Depuis deux ans, on est amené à faire des reportages sur les annonces de Laurent Wauquiez et la question de l'équilibre ne s'est jamais posée dans l'autre sens. »

« Cette série était prévue depuis très longtemps; elle n'a pas été faite en catimini », souligne Myriam Figureau, déléguée du Syndicat national des journalistes (SNJ), en dénonçant « un choix éditorial fait à la demande d'un responsable politique ». « Le sentiment général, c'est l'atterrement », renchérit Daniel Pajonk, délégué du SNJ-CGT. Le droit de réponse obtenu par Laurent Wauquiez devrait être d'une durée équivalente - trois minutes - et diffusé samedi dans les mêmes conditions que le sujet mis en cause - dans les journaux de 12 heures et 19 heures. Du jamais vu, selon les syndicats."

Source : Le Point, 11/01/18

* * *

Épisode 2 : La reprogrammation

Article du journal Libération publié le 12 janvier :

"Le troisième volet d'une enquête consacrée au bilan du patron de LR à la présidence de sa région a été déprogrammé mercredi soir. Or ce dernier avait appelé la direction de la chaîne pour faire part de sa désapprobation vis-à-vis du deuxième volet diffusé mardi…

Se pencher sur le bilan de Laurent Wauquiez après trois ans passés à la tête d’Auvergne-Rhône-Alpes, revenir sur son action alors qu’il a entamé la seconde moitié de son mandat en tant que président de la grande région: telle était l’ambition d’une série de cinq reportages longs de la rédaction locale de France 3, diffusés cette semaine à Lyon, Clermont-Ferrand et Grenoble, dans les journaux de 12 heures et 19 heures. L’exercice a pris un coup dans l’aile avec la déprogrammation du troisième épisode, consacré à l’un des mantras de l’élu de droite, la «préférence régionale». «Mercredi, la décision a été prise vers 11 heures [d’annuler la diffusion], raconte un journaliste de France 3. Mais l’épisode a été conservé dans le JT du midi car c’est quasi impossible de trouver au débotté quatre minutes de séquences pour remplacer.» La tranche d’info du soir, elle, a bien été amputée du reportage incriminé.

Ce choix de dernière minute a donné lieu le lendemain, jeudi, à une conférence de rédaction matinale «assez houleuse», aux dires d’un salarié, au cours de laquelle la rédaction en chef a reconnu un «coup de fil de Laurent Wauquiez, très énervé» au sujet du deuxième épisode portant sur la gestion financière de la collectivité, érigée à tout bout de champ en exemple par le président de LR. L’élu est parvenu à s’octroyer un droit de réponse, mais son cabinet a affirmé à l’AFP n’être «absolument pour rien» dans la décision de suspendre la série.
«Une forme de désaveu»

«Le travail d’enquête a été mené avec rigueur et professionnalisme. En revanche, la version montée manquait de l’objectivité et du pluralisme requis. En ma qualité de journaliste et de directeur régional de France 3, j’ai donc décidé de différer la diffusion de la série afin de m’assurer d’une présentation des faits plus équilibrée», s’est justifié André Faucon dans un communiqué interne, précisant avoir «pris cette décision en toute indépendance». «Comme dans n’importe quelle rédaction, quand un sujet n’est pas conforme, il est corrigé», a-t-il précisé auprès de Libération, réfutant ainsi toute pression politique.

Ce scénario laisse perplexe l’auteure des reportages, Sylvie Cozzolino. Enquêtrice chevronnée, «vingt-sept ans de carte de presse» au compteur, précise-t-elle, la journaliste reconnaît «beaucoup de déception»: «Nous avions été félicités pour notre travail, dont j’ai toujours rendu compte. La direction trouve que notre enquête est très bien faite mais n’en veut plus… C’est une forme de désaveu», regrette-t-elle. Cette semaine, Laurent Wauquiez a également participé à une autre émission de France 3, Dimanche en politique, enregistrée jeudi pour diffusion dimanche. «Il y avait peut-être une crainte forte que le président de région puisse claquer la porte», avance Sylvie Cozzolino. Suite à la bronca des salariés, la direction a rétabli la diffusion de la série ce vendredi. Samedi, les téléspectateurs pourront voir un ultime volet dédié au décryptage de la communication de Laurent Wauquiez. Il sera suivi de son droit de réponse sur les finances d’Auvergne-Rhône-Alpes.
Aucun contradicteur

«C’est très mal vécu par la rédaction de lui donner autant de crédit. Les deux derniers épisodes vont passer, et c’est tant mieux, mais le mal est fait. Bonjour l’image qu’on donne, la crédibilité sur le terrain!», déplore Myriam Figureau, grand reporter et déléguée du Syndicat national des journalistes (SNJ). «On s’interroge sur une action à mener, il y a un malaise criant face à cette affaire», ajoute Daniel Pajonk, délégué SNJ-CGT. Dimanche, dans la grande émission politique de France 3, Laurent Wauquiez bénéficiera de cinquante-deux minutes de temps de parole. Et comme le veut ce format, sans aucun contradicteur en plateau."

Source : Libération, 12/01/18

* * *

Pour voir les 5 épisodes en question, c'est ici.