Un lecteur d'Ici Grenoble en colère...

13/02/2018

Suite à notre présentation du nouveau garage associatif Les Soupapes à Fontaine, nous avons reçu ce mail d'un lecteur d'Ici Grenoble en colère...

* * *

Salut les Ici Grenoblois-es,

Je suis un fidèle lecteur de votre site, mais là je viens pousser un coup de gueule.

Ce qui me fait réagir, c'est votre publicité pour le nouveau garage Les Soupapes à Fontaine. Ce n'est pas la première fois que vous mettez en avant un garage auto. Vous parlez aussi régulièrement de Solidarauto, le garage associatif d'Échirolles.

Dans les deux cas, je trouve que vous abordez le sujet avec beaucoup de légéreté. Vous présentez ces associations sans aucune critique sur la voiture. Comme si c'était un objet industriel banal. Comme si fonctionner en mode associatif exonérait la réflexion sur la bagnole et ses désastres.

Bien sûr, un garage associatif, c'est cool. Bien sûr, un garage porté par des mécaniciennes ou avec des tarifs au quotient familial, c'est très cool. Bien sûr, apprendre à réparer soi-même un objet, c'est très très cool. Bien sûr, il y a des personnes pour qui la voiture est indispensable pour gagner sa vie, survivre, s'occuper de ses enfants, et donc c'est cool de proposer des alternatives aux garages conventionnels.

Mais la voiture, c'est aussi l'un des pires objets capitalistes qui soit.

Pourquoi, sur le flyer des Soupapes ou sur Ici Grenoble, ne pas rappeler que les bagnoles, c'est plus de 500 000 morts sur les routes en France depuis 1945, plus de 5 millions de blessé-e-s grave ? L'équivalent d'une seconde guerre mondiale en France.

Les bagnoles, c'est la pollution de l'air, les cancers du poumons, l'asthme. C'est le pétrole, l'une des principales causes du chaos organisé au Moyen-Orient et en Afrique. C'est la guerre et le réchauffement climatique.

Les  bagnoles, c'est un gouffre financier. Tous frais confondus, rouler un kilomètre coûte au moins 30 centimes d'euros, soit 30 euros pour 100 km. Même en faisant de l'auto-réparation.

Les bagnoles, c'est la dépendance à l'industrie. Les voitures sont d'ailleurs de plus en plus bourrées d'électronique. D'ici quelques années, je doute qu'un garage associatif puisse faire autre chose que des réparations mineures.

Et je ne parle pas de l'individualisme, du sexisme, de l'idéologie inégalitaire et brutale qui vont avec la bagnole.

Ici Grenoble semble pourtant conscient du désastre automobile. Vous publiez des articles décapants sur l'élargissement de l'A480 ou sur le dieselgate. Vous faites la publicité pour les ateliers vélo, les vélo-écoles, les luttes pour le train, les transports en commun gratuits. Je me souviens aussi d'une interview très intéressante d'une triévoise qui se déplace 100% à vélo, ce qui est un exploit à la campagne.

Mais où est votre cohérence globale ? Ici Grenoble, c'est une foirfouille idéologique, comme Le Postillon ?

Pour votre défense, votre incohérence est de toute façon généralisée. Y compris dans les milieux militants, anticapitalistes ou féministes grenoblois. Il est tellement fort, ce mythe du vieux camion diesel pour sillonner la France et l'Europe. Tellement forte, cette envie de bagnole. Cette façon des militant-e-s d'utiliser la voiture à tort et à travers.

Cette incohérence, c'est la même autour des ordinateurs, les logiciels libres, les ateliers de bidouille informatique, le web alternatif. Il y a si peu de réflexions sur les désastres écologiques et sociaux du numérique, et tellement d'utilisation futiles des ordinateurs. Tellement de militant-e-s qui regardent des films débiles ou jouent à des jeux sur ordi, avec la bonne conscience d'être sous linux...

Pour le dire autrement, j'ai l'impression que pour beaucoup, les garages associatifs et autres ateliers informatiques sont avant tout une manière d'améliorer ses conditions dans la société de consommation.

Bref, je suis en colère contre la bagnole, contre le numérique, contre le manque de réflexion sur tout ça, et je suis navré qu'Ici Grenoble ne soit pas plus cohérent dans ses critiques.

Salutations cependant, car je resterai un lecteur. Vous publiez souvent des articles très bien, et surtout votre agenda est au top.

F.