Enquête : Linky et la vie privée

05/06/2018

Samedi 5 mai à Méaudre-en-Vercors, plus de 350 personnes formaient une chaîne humaine contre les nouveaux compteurs électriques Linky. Parmi les vives critiques contre Linky, celles liées à l’usage et à la protection des données personnelles tiennent une place de choix. Que va faire Enedis des données collectées ? L’entreprise est-elle claire au sujet du respect de la vie privée des foyers ?

Pour faire le point à partir d'éléments précis, le média Reporterre vient de publier une enquête : Linky, le compteur qui observe la vie privée des gens.

Pour découvrir cet article, c'est ici.

* * *

Rappelons que le mercredi 21 mars, un habitant de Pont-de-Claix a obtenu gain de cause dans sa lutte contre le nouveau compteur électrique Linky. Face à la ténacité de l'opposant, Enedis a finalement réinstallé un ancien modèle de compteur.

Voici les quatre épisodes de cette lutte victorieuse :

1. En 2016, Julien Martin, locataire dans un HLM à Pont-de-Claix, décide de refuser l'installation du nouveau compteur électrique Linky. Pour empêcher l'intervention de l'entreprise Enedis, il verrouille le placard de son ancien compteur électrique.

2. Sans tenir compte du refus de Julien Martin, les techniciens d'Enedis installent le nouveau compteur Linky au-dessus du placard et déconnectent l'ancien compteur.

3. En février 2017, avec l'aide du collectif Grenoble-anti-Linky, Julien Martin déconnecte à son tour le compteur Linky et rebranche un ancien modèle de compteur (pour savoir comment mener cette opération délicate, c'est ici). Quelques jours plus tard, le collectif anti-Linky vient rapporter le compteur Linky au président de la Métro Christophe Ferrari, également maire de Pont-de-Claix.

4. Après plusieurs tentatives d'intimidation et de menaces de procès, Enedis a finalement réinstallé un ancien modèle de compteur chez Julien Martin, le 21 mars 2018. Une trentaine de militant-e-s anti-Linky étaient présent-e-s pour l'occasion.

* * *

Pour aller plus loin :

LES LINKY EN ISÈRE

Combien de compteurs Linky ont-ils déjà été installés par Enedis en 2018 ? Combien d'habitant-e-s et de communes refusent Linky ? Comment s'organise l'opposition locale ? Quelles sont les prochaines actions anti-Linky à Grenoble ?

Ici Grenoble vous propose un panorama de la situation en 3 points :

P.S : Si vous n'avez jamais entendu parler de Linky, nous vous recommandons le topo d'Ici Grenoble.

* * *

1. L'analyse financière de la Cour des comptes

L'actualité de Linky, c'est la publication du rapport 2018 de la Cour des Comptes, le 7 février dernier.  Leur analyse financière de Linky permet de mieux comprendre la motivation d'Enedis à déployer rapidement ce nouveau compteur. On y apprend notamment que :

- Le déploiement de Linky représente un investissement de près de 5,7 milliards d'euros, soit environ 130€ par compteur.
- Ce coût sera payé par les habitant-e-s, dilué dans leur facture d'électricité.
- Si Enedis arrive à déployer les compteurs à temps, l'entreprise bénéficiera de la part de l'État d'un bonus annuel d'environ 2% de la valeur des actifs.
- Au total, le bénéfice prévu pour Enedis à travers l'opération Linky est de l'ordre de 500 millions d'euros.

La conclusion de la Cour des comptes ? Le compteur Linky sera coûteux pour le consommateur mais avantageux pour Enedis.

La Cour de comptes critique également l'impact énergétique de Linky : en l'état actuel, le système n’apportera pas les bénéfices annoncés en ce qui concerne la maîtrise de la demande d’énergie.

Pour lire la synthèse du rapport, c'est ici. Pour lire le rapport complet, c'est ici.

Pour un aperçu des autres critiques concernant Linky (augmentation du chômage, gaspillage environnemental, surveillance de la population, absence de démocratie), c'est ici.

* * *

2. Le déploiement des compteurs

Selon Enedis, 140 000 foyers ont déjà été équipés de Linky en Isère. 450 000 restent à équiper d'ici fin 2021. 50 techniciens s'occupent de la pose des compteurs.

Au niveau national, 7,3 millions de compteurs ont été installés. Enedis souhaite atteindre les 16 millions d'ici fin 2018.

Rappelons qu'en mai 2017, 11 véhicules d'Enedis ont été volontairement incendiés rue du Vercors pour s'opposer au déploiement de Linky en Isère.

(Dauphiné Libéré, 22/01/18)

* * *

3. L'opposition anti-Linky

Des dizaines de milliers d'habitant-e-s et plus de 500 communes s'opposent à Linky partout en France. C'est le cas, en Isère, des communes de Chalon, Saint-Nizier du Moucherotte, Luzinay, Eybens, Meylan, St-Ismier et Réaumont.

Au niveau régional, l'opposition s'organise. Samedi 20 janvier, Grenoble accueillait une rencontre des représentant-e-s de collectifs anti-Linky de tous les départements d'Auvergne Rhône-Alpes et des Hautes-Alpes. Une cinquantaine de personnes étaient présentes, dont le collectif Grenoble-anti-Linky.

Plusieurs actions sont prévues dans les mois à venir : une action collective en justice, une chaîne humaine le 5 mai sur le plateau du Vercors, une journée sans électricité cet automne.

Pour plus de détails, voici le communiqué commun publié par les collectifs anti-Linky suite aux rencontres de Grenoble :

 

 

Vous souhaitez en savoir plus sur les détails pratiques pour refuser l'installation de Linky à son domicile ? C'est ici.

Photo : DR Journal l'Humanité