ZAD de Notre-Dame-des-Landes : La lutte continue

15/04/2014

Du 9 au 13 avril, plus de 2500 gendarmes ont expulsé violemment une partie  de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, détruisant des projets collectifs paysans et des expérimentations sociales. On compte plus de 150 blessé-e-s, dont plusieurs graves.

Face au rouleau-compresseur des militaires, les résistances restent vives. Depuis la grande manifestation du dimanche 15 avril, plus d'un millier de manifestant-e-s et de zadistes tentent chaque jour de réoccuper les lieux expulsés. Faudra-t-il un mort pour que l'opinion publique bascule et que l'importance d'une zone d'expérimentations telle que la ZAD de Notre-Dame-des-Landes soit enfin reconnue ?

Pour comprendre la situation sur place, nous vous recommandons les reportages journaliers de Reporterre.net et le site internet de la ZAD.

Voici également l'un des derniers communiqués des zadistes de Notre-Dame-des-Landes :

"Conjurée des années durant par le mouvement, une nouvelle tentatives d’expulsions sur la zad de Notre dame des landes a commencé. Dès 3h du matin, l’opération s’est déployée dans toute sa brutalité : interminables files de fourgons bleu marine, chars blindés, lacrymos, premiers blessés et premières arrestations. Les gendarmes ont annoncé que les journalistes étaient strictement interdits "sur tout le dispositif" et leur ont bloqué l’accès au site. Ils ont affirmé que la prise d’images de presse était prohibée et que les médias devraient se contenter de celle fournies par la gendarmerie.

Ces expulsions confirment la prétention du gouvernement à rétablir le droit tout en s’asseyant grossièrement dessus. La préfecture n’a même pas daigné laisser la possibilité aux habitants de la zad d’avoir accès aux bases minimales du droit au logement, en l’occurence des procédures nominatives et contradictoires en cas de volonté d’expulsion. Les habitants de la plupart des lieux de la zad s’étaient pourtant nommés et identifiés à plusieurs reprises au cours des dernières années.

Le double jeu lamentable de la préfecture s’affiche aujourd’hui dans toute son hypocrisie : l’annonce de la recherche d’une évolution "sereine et apaisée de la situation" tout en envoyant 2500 policiers ici raser des habitats. On nous annonce un tri qui va s’opérer selon des catégories qui sont de pures fictions qui ne répondent un rien d’autre qu’aux besoins du story telling répressif dans lequel le gouvernement s’est enfermé. Il n’y pas ici de radicaux d’un côté et de paysans de l’autre mais un ensemble de façons entremêlées de partager ce territoire. Contrairement à ce qu’affirme Gérard Collomb, personne ne s’est d’ailleurs régularisé individuellement ces dernières semaines au dépend des autres. L’ensemble du mouvement a proposé un cadre de convention collective pour l’ensemble des habitants et projets.

Mais le gouvernement ne pouvait pas simplement admettre que le projet d’aéroport était inutile, il fallait absolument qu’il se venge de ceux qui l’avaient forcé à cet abandon. La terre se meurt, les formes économiques les plus brutales atrophient nos vies, et partout des personnes aspirent à sortir cet état de fait. Elles étaient 30 000 le 10 février à s’engager à soutenir l’avenir de la zad. Mais Le message politique du gouvernement est ce matin très clair : il ne devra être laissé aucune possibilité à des espaces d’expérimentation.

Notre colère est ce matin profonde face au lamentable gâchis que représente la destruction engagée des maisons et espaces de vie que nous avons construits ici. Notre émotion est grande à l’idée que l’expérience collective de la zad soit mise en danger par le déferlement policier. La zad ne disparaîtra pas pour autant. Nous habitons ici, nous sommes enraciné.e. s à ce bocage, nous ne partirons pas. Nous saluons le courage des personnes qui nous ont déjà rejoint.e.s sur le terrain et ont répondu aux appels. En 2012, l’arrogance écrasante de l’Etat a fini par se retourner contre lui. Dans un contexte de montée des grèves, manifestations, occupations dans tout le pays, gageons que l’expulsion de Notre Dame des Landes deviendra un nouveau moteur de la révolte qui se diffuse ici et maintenant. Cette opération de destruction se retournera de nouveau contre ses auteurs."

Pour accéder à la zone, voir ici : http://zad.nadir.org/spip.php?article7.

Prenez aussi le temps de lire les informations mises en ligne par l’équipe légale : https://zad.nadir.org/"

Première photo : Droits réservés, photo issue d'une précédente opération militaire sur la ZAD, utilisée ici pour symboliser la résistance sur place actuellement.

Seconde photo : Reporterre.net