Une "seconde couche" sur la Société Générale Grenoble

15/09/2018

Après l'action de "nettoyage" de trois agences de la Société Générale Grenoble le 8 septembre pour dénoncer le financement de la banque aux énergies sales (voir récit ci-dessous), une nouvelle action a été organisée samedi 15 septembre : des militant-e-s des Amis de la Terre, d’Alternatiba Grenoble, d’Action Non Violente-COP21 et d’Attac 38 ont marqués au blanc de Meudon sur les façades extérieures des trois agences Foch, Jaurès et Île Verte le message suivant :

Toutes et tous à Paris
Vendredi 14/12
#OpérationNettoyage Géante !
#PasAvecNotreArgent
www.nettoyons-societe-generale.org

Samedi 8 septembre, journée mondiale d'action pour le Climat, une cinquantaine d'activistes avaient "nettoyé" trois agences de la Société Générale (Grenoble Jean Jaurès, Grenoble Joseph Vallier et Grenoble Victor Hugo) pour dénoncer le financement de la banque aux énergies sales. Cette opération nettoyage, d'envergure nationale, appelait la banque à cesser ses soutiens aux énergies fossiles, et en priorité au projet texan d'exportation de gaz de schiste liquéfié Rio Grande LNG.


Voici le communiqué détaillant cette action :

"Scène inédite ce matin dans trois agences de la Société Générale de Grenoble : les militants des Amis de la Terre, d'Alternatiba Grenoble, d'Action Non Violente-COP21 et Attac 38 sont entrés munis de seaux, d'éponges et de balais pour faire le ménage de la banque, qui continue d'apporter son soutien aux industries fossiles les plus polluantes et impactantes pour les populations : le gaz de schiste, le charbon, les sables bitumineux, les forages en eaux profondes et en Arctique, les terminaux de gaz naturel liquéfié. Ils répondaient à un appel national à mener des actions pour dénoncer la politique climaticide de la banque [1].

"Société Générale est la première banque française à soutenir les énergies sales. Elle est même la première banque au monde à soutenir l'exportation et donc l'expansion du gaz de schiste aux Etats-Unis, alors que l'extraction de ce dernier est interdite en France ! Nous avons honte qu'une banque française détienne ce triste palmarès au niveau international, alors que d'autres à l'image de BNP Paribas ont fait le choix responsable de se retirer entièrement de ce secteur. Dans quelques jours, se tiendra justement à San Francisco le Sommet mondial pour l'action climatique : l'occasion pour Société Générale d'annoncer de nouvelles mesures ambitieuses pour un alignement de ses activités avec les objectifs de l'Accord de Paris." affirme Amélie Fondevilla d'Alternatiba Grenoble.

En effet, alors que tous les signaux climatiques sont au rouge, les financements massifs accordés par une banque française à des énergies fortement émettrices de gaz à effet de serre entre en contradiction avec la volonté affichée de la France de respecter l'Accord de Paris sur le climat. Société Générale fait au contraire le jeu de la politique de l'administration Trump : en 2017, elle a accordé 1,1 milliard de dollars au développement de terminaux d'exportation de gaz naturel liquéfié issu de gaz de schiste en Amérique du Nord.

L'action menée aujourd'hui à Grenoble s'inscrivait dans une dynamique de mobilisation internationale contre Rio Grande LNG, projet pour lequel Société Générale est responsable de lever 20 milliards de dollars. Ce projet monumental de terminal d'exportation de gaz de schiste prévu au Texas se développe en dépit d'une forte opposition des communautés locales et en particulier de la tribu autochtone des Estok'Gna. S'il voit le jour, il aurait pourtant des impacts majeurs et irréversibles sur le climat, la riche mais vulnérable biodiversité de ce territoire, ainsi que sur la santé et la sécurité de ses habitants [2].     

Si la banque ne saisit pas l'occasion du Sommet de San Francisco pour relever son niveau d'ambition, les militants sont bien déterminés à poursuivre la mobilisation. Ils appellent dès à présent à organiser une opération de nettoyage de grande envergure à l'agence centrale de Société Générale boulevard Haussmann à Paris le vendredi 14 décembre, jour de la fin annoncée de la 24e Conférence des Nations-Unies sur le climat (COP24)."

[1] La mobilisation contre Société Générale est coordonnée par les Amis de la Terre et ANV-COP21 dans le cadre d'une séquence internationale d'actions Rise for climate, https://fr.riseforclimate.org/

[2] Plus d'information dans le rapport "Société Générale, plein gaz sur les fossiles" publié par les Amis de la Terre en mars 2018