Lentement mais sûrement

09/12/2014

Déjà 400 000 signatures, et ce n'est pas fini. Ce vendredi 7 décembre de 17h30 à 19h place Félix Poulat, c'est le troisième rassemblement des Coquelicots de Grenoble, une action chaque mois et une pétition pendant 2 ans pour mettre fin aux désastres des pesticides de synthèse en France.

De quoi s'agit-il exactement ? Le 12 septembre, une centaine d'associations, de journalistes engagé-e-s et de paysan-ne-s ont lancé la campagne "Nous voulons des coquelicots" : l'appel à créer un grand mouvement social pour mettre fin au scandale des pesticides de synthèse.

L'objectif ? Réunir une pétition de plus de 5 millions de signatures et organiser un rassemblement chaque premier vendredi du mois sur des places publiques, partout en France.

La pétition a déjà dépassé les 400 000 signatures.

Cette campagne prend un sens particulier en Isère, où a été déposée la première plainte contre le Roundup en France.

À Grenoble, le premier rassemblement d'octobre a réuni une centaine de personnes, celui de novembre une cinquantaine.

Voici le texte de l'appel :

"Nous voulons des coquelicots

Appel des 100 pour l’interdiction de tous les pesticides

Les pesticides sont des poisons qui détruisent tout ce qui est vivant. Ils sont dans l’eau de pluie, dans la rosée du matin, dans le nectar des fleurs et l’estomac des abeilles, dans le cordon ombilical des nouveau-nés, dans le nid des oiseaux, dans le lait des mères, dans les pommes et les cerises. Les pesticides sont une tragédie pour la santé. Ils provoquent des cancers, des maladies de Parkinson, des troubles psychomoteurs chez les enfants, des infertilités, des malformations à la naissance. L’exposition aux pesticides est sous-estimée par un système devenu fou, qui a choisi la fuite en avant. Quand un pesticide est interdit, dix autres prennent sa place. Il y en a des milliers.

Nous ne reconnaissons plus notre pays. La nature y est défigurée. Le tiers des oiseaux ont disparu en quinze ans; la moitié des papillons en vingt ans; les abeilles et les pollinisateurs meurent par milliards; les grenouilles et les sauterelles semblent comme évanouies ; les fleurs sauvages deviennent rares. Ce monde qui s’efface est le nôtre et chaque couleur qui succombe, chaque lumière qui s’éteint est une douleur définitive. Rendez-nous nos coquelicots ! Rendez-nous la beauté du monde !
Non, nous ne voulons plus. À aucun prix. Nous exigeons protection.

Nous exigeons de nos gouvernants l’interdiction de tous les pesticides (de synthèse) en France. Assez de discours, des actes."

Pour signer la pétition, c'est ici.

Pour rejoindre le mouvement, c'est ici.