Inculpé-e-s du 1er mai : Procès renvoyé au 20 janvier

15/09/2019

Lundi 16 septembre, c'était le procès des inculpé-e-s du 1er mai à Grenoble : 6 manifestant-e-s accusé-e-s d'être "resté-e-s sans arme dans un attroupement après sommation de dispersion".

Le premier mai, alors qu'une petite centaine de personnes dont de nombreux et nombreuses Gilets Jaunes manifestait pacifiquement à la suite du défilé intersyndical, les forces de l'ordre sont violemment intervenues. Résultat : des évacuations en urgence vers le CHU et 8 personnes en garde à vue, dont 2 jugées en comparution immédiate.

Ce 16 septembre, les avocats ayant décidé de faire grève contre la réforme des retraites, le procès a été renvoyé au 20 janvier 2020 pour cinq des six inculpé-e-s.

Le sixième inculpé, qui avait choisi de se défendre sans avocat, a cependant été jugé. Le procureur a requis une peine de 400 euros d’amende assortie d’un sursis. Le tribunal rendra son verdict le 30 septembre.

Devant le tribunal, une centaine de personnes étaient présent-e-s en soutien, à l'appel du Collectif Anti-Répression Isère.

Fait marquant : ce lundi 16 septembre, l'union syndicale Solidaires Isère appelait à une journée de grève en soutien aux personnes interpellées.

À suivre...

* * *

À propos de la répression policière

Plus de 5000 arrestations, plus de 1000 blessé-e-s, des dizaines de mutilations, deux coma et un décès : depuis un an, les luttes des Gilets Jaunes, des étudiant-e-s et des lycéen-nes ont battu un record de gardes-à-vue, de personnes déferrées en justice, de dizaines de milliers de grenades et de balles "de défense" tirées sur les manifestant-e-s.