Isère 2049

Se préparer sérieusement au réchauffement climatique et à ses conséquences politiques en Isère

Fondée en 2019, Isère 2049 est une coopérative dont le but est de se préparer au réchauffement climatique et à ses conséquences politiques, pour les 30 ans à venir.

Cette démarche est l'aboutissement d'un cycle de réflexions initié en 2015 par une trentaine de Grenoblois-es, en marge des mouvements contestataires contre la COP 21. Trois questions étaient au centre des débats : Quels vont être les effets politiques du réchauffement climatique ? Que faire pour s'y préparer en Isère ? Comment s'organiser de manière efficace ?

Trois ans de discussions intenses ont permis de forger cinq convictions communes, qui forment le point de départ d'Isère 2049 :

1. Le réchauffement climatique est désormais inéluctable, ses effets seront probablement pire que prévu. Il faut se préparer à vivre dans un environnement dégradé, avec moins d'eau, des températures extrêmes, des catastrophes climatiques, de nouvelles maladies, une faune et une flore appauvries, une agriculture de plus en plus difficile.

2. Les bouleversements climatiques et la fin du pétrole vont entraîner un déclin du commerce international, la sortie progressive du modèle consumériste tel que nous le connaissons. Il faut se préparer à vivre de manière plus autonome et sobre, s'équiper d'objets robustes et réparables, tendre vers l'autosuffisance alimentaire et énergétique.

3. De nombreuses régions du monde vont devenir inhabitables, dont le Maghreb et le Moyen-Orient. Peu à peu, ses 500 millions d'habitant-e-s vont être contraint-e-s à l'exil. Il faut se préparer à accueillir dans les meilleures conditions possibles des millions de réfugié-e-s climatiques en Isère.

4. Les bouleversements climatiques et énergétiques vont amplifier les crises sociales, politiques et économiques. Partout, les tensions vont s'aggraver. En France, les classes dominantes feront tout pour préserver leurs avantages, tandis que la majorité de la population va chercher à s'accrocher le plus longtemps possible au mode de vie consumériste, quitte à porter au pouvoir des gouvernements autoritaristes et xénophobes. Dans le même temps, les mouvements contestataires seront plus nombreux et déterminés. Il faut se préparer à soutenir au maximum les forces révolutionnaires de demain, et les populations qui seront les plus discriminées. Mais il faut aussi se préparer à une société de plus en plus inégalitaire, brutale et repliée sur elle-même, à l'image d'un État comme Israël.

5. Pour se préparer sérieusement à toutes ces crises et ces luttes à venir, il faut ce qu'il manque à la plupart des mouvements contestataires : une stratégie sur la durée et des ressources matérielles exceptionnelles.

Une centaine d'Isérois-es se sont progressivement rallié-e-s à ces principes, et, après deux ans de discussions, ont décidé de se doter d'un outil commun : la coopérative à but non lucratif Isère 2049. Le nombre de sociétaires a été limité à 100 : C'est un chiffre raisonnable pour fonctionner en démocratie directe, pour que toutes les personnes se connaissent, pour faciliter les discussions.

Isère 2049 s'est octroyée des moyens financiers considérables. Dans la plupart des associations, les adhésions sont de l'ordre de quelques dizaines d'euros par an. Pour faire partie d'Isère 2049, il faut verser 30 000 à 100 000 euros sur 30 ans, soit 80 à 250 euros par mois selon ses revenus. Ces sommes peuvent paraître démesurées, mais elles correspondent à ce que la plupart des salarié-e-s peuvent réussir à économiser par un mode de vie sobre. Pour payer leur cotisation, certain-e-s sociétaires puisent dans des héritages familiaux ou des indemnités de licenciements.

Au total, Isère 2049 dispose d'un capital de 7 millions d'euros.

Après de longues discussions, la coopérative a décidé de répartir cette somme selon trois axes :

- 5 millions d'euros ont permis d'acquérir des fermes à restaurer et des terres agricoles en Isère. Un réseau de 30 fermes a ainsi été mis en place. Ces ''bases matérielles'' sont organisées pour être les plus autonomes possibles en alimentation et en énergie, pour être capables de loger et de nourrir 3000 réfugié-e-s d'ici 2049, en plus des paysan-ne-s installé-e-s sur place. Les bâtiments sont rénovés ou conçus pour faire face à des épisodes climatiques extrêmes. Sur chaque ferme, une zone d'expérimentation agronomique permet de tester de nouvelles semences paysannes résistantes au changement climatique. Une des fermes est un centre d'apprentissage de savoirs autonomisants : on y apprend le travail du bois et du métal, la mécanique, la gestion de l'énergie, l'agro-écologie, mais aussi la médecine de base et des techniques d'autodéfense. Cinq des trente fermes fonctionnent en non-mixité femmes.

- 1 million d'euros, soit 30 000 € par an, sont destinés aux efforts de communication politique. Une lutte isolée a peu de chances d'aboutir si elle n'inspire pas des mouvements plus larges. Isère 2049 produit ou finance des livres, des affiches, des médias, des films, des événements publics pour inciter un maximum de personnes à créer des coopératives similaires, mais aussi tout simplement pour diffuser de l'information radicale sur les questions d'anticapitalisme, d'écologie, de réchauffement climatique ou encore de féminismes. Ces efforts de communication sont principalement tournés vers les populations les plus jeunes : les adolescent-e-s, les étudiant-e-s, les jeunes travailleurs et travailleuses, les jeunes chômeurs et chômeuses, etc.

- 1 million d'euros sont destinés à soutenir un maximum de luttes anticapitalistes, antifascistes et anti-industrielles en Isère et au-delà : Zones À Défendre, caisses anti-répression, actions de sabotage anti-industrielles, manifestations, etc.

Malheureusement, nous ne pouvons en dire davantage sur l'organisation, les réussites et les échecs d'Isère 2049. La Loi sur l'Ultrasécurité Intérieure et Extérieure, votée en 2026 par le gouvernement Wauquiez, interdit désormais toute information promouvant l'accueil de réfugié-e-s climatiques. La coopérative Isère 2049 est officiellement dissoute, mais son réseau fonctionne depuis plusieurs années dans la clandestinité. Il se serait même renforcé devant l'ampleur de la situation mondiale. On raconte que 9 coopératives similaires existent déjà en Isère...

 

ATTENTION, ISÈRE 2049 N'EXISTE PAS !
IL S'AGIT D'UN SONGE DE L'ASSOCIATION ICI GRENOBLE.

MAIS QUI SAIT, UN JOUR...

Une erreur ? Un complément à ajouter ? Signalez-le nous !

Vous souhaitez faire une autre recherche ?

ou Faites une recherche par thème