Le Tichodrome

Centre de sauvegarde de la faune sauvage

Créé en 2011, le Tichodrome est le Centre de sauvegarde de la faune sauvage de l’Isère. C’est une structure d’accueil pour les animaux sauvages blessés (oiseaux et mammifères), avec des vétérinaires bénévoles. Le Centre possède des équipements particuliers (infirmerie, volières de rééducation…) pour soigner puis relâcher dans de bonnes conditions les animaux blessés.

Voici quelques chiffres permettant de se rendre compte de l'activité du Centre :

  • En 2017, plus de 1800 animaux de 118 espèces différentes ont été recueillis, dont 80% d'espèces protégées et 20% de mammifères. 37% des animaux ont été relâchés après les soins. (Dauphiné Libéré, 27/03/18).
  • En 2016, 1456 animaux ont été recueillis, dont 72% d'oiseaux, en grande majorité des rapaces et des passereaux. Plus de 30% des animaux soignés ont pu être remis en liberté. La quasi-totalité des animaux recueillis ont été blessés par des causes humaines : électrisation, barbelés, vitres, prédateurs domestiques... (Dauphiné Libéré, 27/03/17).
  • En 2015, 1416 animaux ont été recueillis, dont 80% d'oiseaux. Plus de 35% des animaux soignés ont pu être remis en liberté (Dauphiné Libéré, 22/03/16).
  • En 2014, environ 1200 animaux ont été accueillis (Dauphiné Libéré, 15/05/15).
  • En 2012, le Tichodrome a reçu 550 animaux de 79 espèces différentes, dont 85% d’oiseaux (rapaces diurnes et nocturnes, passereaux, oiseaux d’eau). 203 animaux ont été relancés dans leur environnement naturel, 143 sont décédés moins de 24 heures après leur arrivée au centre, 66 ont été euthanasiés, 41 sont morts après 24 heures de séjour, 23 ont été transférés vers d’autres structures, 14 se sont échappés (Dauphiné Libéré, 18/03/13)

Le Tichodrome regroupe plus de 700 adhérent-e-s, dont plus de 60 bénévoles sur place. Les animaux sont accueillis dans un lieu insolite de 4 hectares, aux portes de l'agglomération grenobloise. Le budget est de plus de 110 000 euros par an, grâce aux adhésions, aux dons et au mécénat.

Le Tichodrome reçoit plus de 5000 appels téléphoniques par an.

Pour plus de détails, nous vous recommandons les bilans d'activités du Tichodrome, des documents passionnants pour comprendre le fonctionnement du Centre, les raisons pour lesquelles de nombreux animaux sauvages sont blessés, le taux de réussite des soins, etc.

Le Centre de sauvegarde de la faune sauvage n’est pas visitable pour le public, ceci pour le bien-être et le calme des animaux sauvages en convalescence.

Le Tichodrome recherche régulièrement de nouveaux bénévoles, ainsi que des dons de matériel et d'aliments pour animaux. N'hésitez pas à les contacter si vous souhaitez participer à cette aventure.

Attention, si vous avez trouvé un animal sauvage blessé, consultez attentivement la marche à suivre.

A voir aussi

Une erreur ? Un complément à ajouter ? Signalez-le nous !

Vous souhaitez faire une autre recherche ?

ou Faites une recherche par thème