Le Café des enfants

Café-resto bio, espace d'accueil et de détente parents/enfants

Le Café des enfants est un café bio sans alcool qui propose de la petite restauration issue de l’agriculture biologique et du commerce équitable : des goûters, des glaces artisanales, des gâteaux faits maison, des gaufres, des crêpes, des salades de fruits, mais aussi des plats végétariens le midi.

Outre la restauration, le Café propose aux enfants des espaces de jeux, de lecture et d’activités manuelles en libre-accès, mais aussi des activités guidées par des animateurs et animatrices : danse, musique, cuisine, sculpture, mosaïque, chant…

Le Café des enfants est principalement destiné aux enfants, qui n’ont jamais assez de temps pour se retrouver et jouer avec leurs copains ou pour partager un moment privilégié avec leurs parents. C'est un espace convivial pour se retrouver ensemble hors du domicile (où chacun-e a vite fait de s’adonner à des tâches individuelles) et hors de l’école (où les enfants subissent parfois des jugements de valeur et des évaluations précoces). Le café se veut une parenthèse, une soupape, un bol d’air et de liberté indispensables dans le quotidien des enfants.

Le café est également destiné aux parents, car il existe peu de cafés dans l’agglomération grenobloise qui permettent aux familles de passer un moment dans une ambiance adaptée à l’enfance. Entre l’espace privé et les structures d’accueil de la petite enfance (halte garderies/crèches), il n’y a que les cafés et bars ''classiques'', rarement accessibles à un public d’enfants.

Un coin épicerie propose à la vente quelques produits (coulis, sirops, miels, jus de fruits…) issus de l’agriculture biologique locale et du commerce équitable.

Le Café des enfants est géré par l’association La Soupape. Il a été créée en juillet 2008 par des parents, des habitant-e-s du quartier des Eaux Claires et des spécialistes de l’enfance.

Le Café des enfants est accessible aux personnes en fauteuil ou à mobilité réduite. Une place de parking pour personne handicapée se trouve juste devant le Café.

* * *

Pour en savoir plus, nous vous proposons une interview de Pascale Yvetot, cofondatrice du Café des enfants. Cette interview a été menée par Ici Grenoble en avril 2017.

Ici Grenoble : Le Café des enfants fête ses 7 ans... Comment est née cette aventure ?

Pascale Yvetot : Ce projet est né d'un rêve d'enfant et d'émotions liées au bonheur que j'avais pu ressentir, en tant qu'enfant, lorsque j'avais l'occasion de m'exprimer par la créativité et la pratique artistique, puis, en tant que maman, ayant des besoins de lieux adaptés aux enfants et à l'art.

J'ai alors imaginé un lieu de vie et de retrouvailles qui proposerait pour petits et grands des boissons et des collations bio à toute heure, ainsi que des espaces de jeux, de lecture, d’activités manuelles en “libre-accès”. Un lieu qui proposerait aussi des activités d’expression artistique. Bref, un espace où chacun-e peut s’impliquer, où tout peut être possible. Un lieu qui laisse place aussi au rêve et au repos...

J’ai profité d’une période de réorientation professionnelle pour réfléchir puis mettre en oeuvre ce projet de Café des enfants, avec l'association La Soupape.

Ce projet rejoint-il d'autres expériences similaires en France ?

J’ai effectivement découvert par la suite l’existence du concept de Café des enfants, né en 1999 à Paris avec le Cafézoïde. C'est un espace culturel atypique pour les enfants et leurs familles, dans le 19e arrondissement.

Depuis, cette idée a fait des petits puisqu’il existe à l’heure actuelle une Fédération des Cafés des enfants, ainsi qu'une cinquantaine de Cafés des enfants en France : À l’abord’âge à Nantes, les Potes en ciel à Lille, les P’tites mains à Uzès, La Ka Fête ô Mômes à Lyon, Le Zadigozinc à Montpellier, Le Caféméléon à Béthune, Le Café la fée à Noisy-le-Grand... Ce foisonnement créatif, un peu partout en France, m’a conforté dans l’idée que ce concept avait toute sa place à Grenoble.

Après sept ans d'aventure associative, avez-vous le sentiment d'avoir atteint vos objectifs ?

Oui, je pense que nous remplissons les objectifs de notre projet associatif. La fréquentation du Café est un signe rassurant. En sept ans, nous avons enregistré plus de 7000 adhésions, soit environ 1000 par an. C'est une preuve que nous répondons aux attentes des familles.

Quel public accueillez-vous, d'un point de vue "sociologique" ? Y-a-t-il une diversité sociale ?

Le Café des enfants s’adresse en priorité à des familles dont les enfants sont âgés de 0 à 12 ans. Notre public est à l’image de notre quartier, de notre ville, de notre département. C’est un public métissé, issu d’horizons, de catégories socio-professionnelles et de lieux d’habitation variés.

Avez-vous une estimation du nombre d'enfants accueillis ?

Selon les jours de la semaine et les activités proposées, le public varie énormément. Je vais vous faire un topo précis.

En période scolaire et pendant la pause méridienne, nous accueillons en moyenne 45 enfants par jour. Ces enfants sont scolarisés à l’école publique internationale de la Houille Blanche, une école primaire qui regroupe une trentaine de nationalités anglophones, francophones et germanophones. Ces enfants sont généralement âgés de 6 à 11 ans.
 
Pendant les vacances scolaires, nous accueillons en moyenne une centaine de familles par semaine. Ces familles viennent avec leurs enfants passer un moment au Café pour jouer, manger, goûter, faire un atelier, célébrer un anniversaire... Nous avons récemment réalisé une petite étude statistique. Cela vous intéresse ?

Bien sûr !

Voici donc nos résultats : Les usagers et usagères sont souvent des parents qui viennent accompagné-e-s de leurs enfants, pour 85% des visiteurs. Nous accueillons une minorité des professionnel-les (1% d'assistantes maternelles et autres professionnels). Les familles sont majoritairement françaises, mais il y a tout de même 11% de ménages étrangers, de nationalités diverses, Italiens, Espagnols, Japonais, Mexicains, Algériens, Péruviens...

Les familles accueillies sont en majorité biparentales : 74% des parents sont mariés ou pacsés, 19% sont en concubinage avec un ou deux enfants à charge en moyenne. Nous avons donc une minorité de familles monoparentales, parents célibataires et divorcés ou séparés (7% pour ces 3 catégories).

62% des usagers et usagères habitent Grenoble. Parmi cet échantillon de Grenoblois-es, 96% habitent les secteurs 1, 2, 3 et 4 de Grenoble, c'est-à-dire les secteurs attenants au café. Les usagers et usagères sont majoritairement de professions libérales et cadres supérieurs (41%), Cadres moyens (18%) ou Employés (15%). 

Notons cependant que parmi les répondant-e-s, 32% visitaient le café pour la première fois lorsqu'ils ont remplis le questionnaire. 22% des interrogés venaient depuis deyux ans ou plus, et 16% depuis un an ou moins de six mois.

Quelle est la fréquentation en période scolaire ?

En période scolaire, nous accueillons en moyenne une cinquantaine de familles par semaine. Ces familles sont diverses. Voici quelques statistiques, au regard de notre base de données adhérent-e-s : 91% des adhérent-e-s du Café des enfants habitent Grenoble ou sa métropole. 8% des adhérent-e-s viennent d'intercommunalités voisines, du Pays Voironnais, du Grésivaudan ou encore de la Chartreuse. Il y a tout de même une minorité d'adhérent-e-s des départements voisins, Drôme, Savoie, Loire... Ceci étant dit, 70% de nos usagers et usagères ne sont pas adhérent-e-s de l’association. Nous avons donc peu de données les concernant.

Accueillez-vous ausssi des enfants en situation de handicap ?
 
Oui. Cette année, nous avons accueilli 24 enfants en situation de handicap, dont une quinzaine de manière régulière. Ils viennent avec leur famille ou leurs éducateurs. Une trentaine d'enfants ont également fréquenté le café par l'intermédiaire de leur association. L’âge de ces enfants se situe entre 4 et 18 ans.

Six nouvelles associations ont d'ailleurs pris une adhésion structure à notre association, afin de permettre à leurs usagers d’être plus particulièrement en lien avec nous : les Instituts médico-Educatif "Les écureuils" et "Daudignon", l'Impro "Les gentianes", les associations "Loisirs Pluriel", l’EPISEAH et "France Epilepsie". Cela permet aussi aux enfants de profiter de tarifs avantageux, lorsqu’ils viennent avec leur institution ou leur famille.

Accueillez-vous également des familles en situation de précarité ?
 
Oui, grâce à nos projets "Hors les murs", nous organisons des animations au pied de certains immeubles du quartier. Cela nous permet de tisser des liens avec des familles et habitant-e-s du secteur 3 de Grenoble, pour la plupart des populations ouvrières et immigrées. Il faut savoir que dans le secteur 3, un tiers des enfants de moins de 16 ans vivent dans un foyer à bas revenus. La moitié de ces familles résident dans les quartiers de Mistral, Lys Rouge et Abry.

Quels sont vos plus grands enthousiasmes autour du Café des enfants ?

Ma plus grande satisfaction est d'observer les enfants, de voir à quel point ils sont heureux et fiers de pouvoir être autonomes dans le café, de pouvoir être valorisé-e-s, car ils sont mis à contribution. C'est aussi enthousiasmant d'observer les enfants qui se sentent comme chez eux au Café, qui s'expriment librement et de façon légitime.

Comment le Café des enfants est-il financé ?

Nous avons un budget annuel d'environ 200 000 euros, avec un peu plus de 50% de recettes propres, 25% d'aides de l'État sur les contrats aidés et 25% de subventions. En 2016, plus de 50% de nos subventions provenaient de Fondations privées.

Ce budget est malheureusement insuffisant. Le manque de soutien financier, notamment en budget de fonctionnement, nous empêche de péréniser les postes de nos salariés employés en contrats aidés. Ces manques de financement nous empêchent également de mener à bien tous nos projets. Nous n'avons aucune visibilité sur nos subventions d'une année sur l'autre. C'est extrêmement anxiogène pour l'équipe, ce qui peut entrainer parfois un manque de motivation des équipes.

Quels sont vos projets pour 2017 ?

Nous avons plein de projets ! En voici au moins trois :

1. Nous souhaitons accueillir davantage d'enfants en situation de handicap ainsi que leur famille, sur des temps de jeux, de repas ou d'activités créatives. Notre but est d'encourager la mixité avec les autres enfants accueillis ordinairement au Café. Nous allons créer davantage d'animations, d'ateliers et de temps d'accueil dans ce sens.

2. Nous voulons donner davantage la parole aux enfants, leur permettre d'être acteurs voire initiateurs de certains projets. Nous mettons ainsi en place des Assemblées des enfants, pour que les enfants puissent participer aux décisions du Café. Nous organisons également des Causeries d'enfants sur des thématiques de leur choix, des Goûters-Philo. Nous allons aussi organiser des ateliers avec l'association Beyti. Des enfants ont également émis le souhait de rédiger et d'éditer un journal intitulé "3 Petits Points", dont le contenu sera tiré des causeries des Goûters-Philo. Nous solliciterons l'intervention d'une autre association partenaire, "La maison d'édition d'idées", pour aider les enfants dans la mise en page et l'édition du journal. Nous encourageons enfin les enfants à participer au quotidien du Café : mettre la table, débarrasser les repas, ranger, alimenter le compost, donner à manger au lapin, aider à écrire les listes de courses...

3. Depuis son ouverture, le Café des enfants propose de la restauration végétarienne, biologique et locale. Nous allons organiser davantage d'ateliers participatifs de cuisine, pour permettre à un maximum d'adultes de découvrir et de pratiquer ce mode d'alimentation. Nous allons aussi mettre en place un groupements d'achats de produits bio et locaux.

Quels sont vos principaux besoins pour cette année ?

Nos besoins sont à la fois financiers et humains. Financiers, car nous aurions besoin de plus de subventions. Humains, car nous aurions besoin d'une personne supplémentaire dans l'équipe salariée, ce qui est absolument impossible actuellement ! Nous avons également besoin de forces vives dans notre Conseil d'administration, car l'actuel CA s'essouffle. Enfin, nous aurions besoin d'être beaucoup plus nombreux et nombreuses, pour pouvoir mieux appréhender les nombreux domaines d'activités de l'association.

A voir aussi

Une erreur ? Un complément à ajouter ? Signalez-le nous !

Vous souhaitez faire une autre recherche ?

ou Faites une recherche par thème