Radioactivité : Une balise CRIIRAD à Échirolles

10/04/2017

Si une catastrophe survient sur le réacteur nucléaire de l'Institut Laue Langevin, en plein Grenoble, ou à la centrale nucléaire du Bugey, à quelques dizaines de kilomètres de l'agglomération, à qui faire confiance pour mesurer la contamination radioactive ? Au CEA ? À EDF ? À l'État ? Suite aux mensonges des autorités après la catastrophe de Tchernobyl, un laboratoire associatif s'est constitué en 1986, la CRIIRAD. Basée à Valence, l'association a mis en place un réseau de balises permettant de mesurer la radioactivité de façon indépendante, un peu partout en Rhône-Alpes.

Un peu partout, mais pas dans l'agglomération grenobloise... Il existe cependant une balise à Échirolles, gérée jusqu'ici par Air Rhône Alpes. Bonne nouvelle : Des négociations sont en cours pour que la gestion de cette balise soit assurée par la CRIIRAD, avec des données facilement accessibles à toutes et à tous.

L'existence de ce réseau de balises indépendantes est un petit miracle, unique en Europe, car ces systèmes coûtent très chers, des centaines de milliers d'euros par an. Le Conseil régional participait jusqu'ici au financement de ce réseau. En 2016, le nouveau président de Région, Laurent Wauquiez, a brutalement décidé la fin de ce dispositif de subventions. Un appel à don exceptionnel a permi de compenser les besoins économiques en 2016. La situation reste cependant très tendue pour 2017. C'est pourquoi la CRIIRAD, qui rassemble déjà plus de 6000 adhérent-e-s, lance un appel à adhésion, pour améliorer encore son indépendance économique.

Pourquoi participer au financement de la CRIIRAD ?

La CRIIRAD propose également des formations à l'utilisation de compteurs Geiger, pour savoir utiliser cet outil en toute autonomie : la prochaine est le 12 mai à Valence.

Pour en savoir plus sur la CRIIRAD, c'est ici.