Les Enverdeurs

Actions directes contre les pollutions industrielles

Les "Enverdeurs et Enverdeuses" est un collectif grenoblois réalisant des actions spectaculaires et anonymes contre la société industrielle consumériste. Face aux crises environnementales de plus en plus intenses, le collectif milite pour une écologie radicale et anticapitaliste.

Voici la liste des actions les plus marquantes depuis 2017 :

  • En juin 2017, la diffusion dans plus de 4000 boites aux lettres entourant la Presqu'île de Grenoble d'une fausse pastille d'iode accompagnée d'une brochure sur les graves risques nucléaires liés au réacteur nucléaire de l'Institut Laue-Langevin. La brochure rendait notamment public le pitoyable "Plan Particulier d'Intervention" des autorités en cas d'accident nucléaire à Grenoble, un document officiel méconnu de la population.
  • En mars 2018, le dynamitage artisanal de la principale canalisation d'acheminement des eaux usées de l'agglomération grenobloise vers la station Aquapôle, causant une inondation d'eaux putrides et polluées dans les rues de Grenoble. Le communiqué de presse des Enverdeurs et Enverdeuses précisait : "Par cette action, nous rendons enfin visible cette immense pollution urbaine que personne ne veut voir, cette pollution faussement prise en charge par une station d'épuration qui, dans les faits, ne fait que déplacer les pollutions. Arrêtons de polluer l'Isère. Des alternatives existent !"
  • Quelques mois plus tard, en septembre 2018, le bouchage par un ingénieux procédé de plusieurs canalisations de rejet des effluents de la Plate-forme chimique du Pont-de-Claix dans le Drac. Une brochure sur les pollutions des industries chimiques locales fut diffusée quelques heures plus tôt dans plusieurs centaines de boites-aux-lettres de Jarrie et de Claix. La remise en service des canalisations nécessita une semaine de travaux.
  • En mai 2020, la diffusion massive d'un faux numéro de Gremag présentant des révélations sur le Commissariat à l'Énergie Atomique de Grenoble et un bilan critique de l'action écologiste du Maire de Grenoble.
  • En juin 2020, le blocage de la Porte de France par une monticule de téléphones portables usagés, surmontée d'une grande banderole "Arrêtez de changer de portables tous les 6 mois !". Ces milliers de téléphones avaient préalablement été dérobés à l'atelier DEEE de Saint-Martin d'Hères, un atelier qui récupère et reconditionne une petite partie des dizaines de milliers de portables jetés chaque année dans l'agglomération grenobloise.
  • Une nuit de septembre 2020, l'aspersion de peintures rouges sur les façades de dix fast-foods de l'agglomération grenobloise. Le communiqué de presse dénonçait "les emplois précaires, les produits bourrés d'additifs et de pesticides, l'éducation à la malbouffe, le gaspillage organisé à l'échelle planétaire" des enseignes visées.
  • En avril 2021, le détournement puis le déversement devant la Préfecture de l'Isère de l'intégralité du contenu d'un camion de vidanges de lixiviats industriels. Le but était de dénoncer l'absence de système de traitement efficace de certaines pollutions générées par les usines de Jarrie.

Les actions des Enverdeurs et des Enverdeuses alimentent de vives polémiques locales. Jusqu'ici, malgré les nombreuses plaintes déposées et les enquêtes en cours, aucun membre du collectif n'a encore été interpellé. Exaspéré, le préfet de l'Isère a promis une récompense de 50 000 € à toute personne délivrant des informations décisives sur les identités des Enverdeurs et des Enverdeuses.

Les perquisitions régulières de membres d'associations environnementalistes et de lieux libertaires sont cependant une source de fatigues et de tensions au sein des milieux contestataires anti-capitalistes et anti-industriels grenoblois.

ATTENTION, LE COLLECTIF DES ENVERDEURS ET DES ENVERDEUSES N'EXISTE PAS ! IL S'AGIT D'UN SONGE DE L'ASSOCIATION ICI GRENOBLE...

Une erreur ? Un complément à ajouter ? Signalez-le nous !

Vous souhaitez faire une autre recherche ?

ou Faites une recherche par thème